GEOGRAPHIE HUMAINE

MALI : Quelles aides aux déracinés des conflits actuels ?

ONU / HCR

Des réfugiés touaregs forcés de fuir les combats au Mali arrivent dans le village de Fassala à la frontière avec la Mauritanie. Photo UNHCR/A.O. Barry

20 mars 2012 –

Le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a indiqué mardi qu’il avait accéléré son assistance à des milliers de Maliens qui ont été déracinés par les combats entre des rebelles touaregs du Mouvement National de Libération de l’Azawad et les forces maliennes depuis la mi-janvier.« Avec l’instabilité persistante dans le nord du Mali, nous continuons à voir des dizaines de milliers de personnes déracinées ayant rejoint le Burkina Faso, la Mauritanie et le Niger, ainsi que des déplacés internes au Mali », a dit un porte-parole du HCR, Adrian Edwards, lors d’une conférence de presse à Genève.

« Quelques 60 tonnes de matériel de secours, y compris des couvertures, des matelas, des batteries d’ustensiles de cuisine et des bâches en plastique, sont actuellement acheminées par camions depuis notre entrepôt d’Accra, au Ghana, vers le Niger ainsi que 52 tonnes vers le Burkina Faso. La semaine dernière, 35 tonnes de matériel de secours ont été livrées au Niger et 10 tonnes au Burkina Faso depuis notre entrepôt de Douala, au Cameroun. Les besoins prioritaires restent l’abri, l’eau potable, les soins de santé et les articles ménagers de première nécessité », a-t-il ajouté.

Lundi, en Mauritanie, le HCR a achevé le transfert de 39.390 réfugiés depuis la frontière vers le camp de Mbera. Le transfert est en cours vers le Burkina Faso et le Niger où, ce week-end, l’agence onusienne a organisé le transfert de plus de 2.000 réfugiés maliens – qui avaient trouvé refuge à Sinegodar dans la région frontalière instable entre le Niger et le Mali – vers un camp plus sûr plus à l’intérieur du pays à Abala.

« Nous avons monté à Abala environ 500 tentes avec l’aide de nos partenaires et nous avons installé des équipements et des services essentiels, comme l’acheminement de l’eau par camions, pour les familles nouvellement transférées. Les réfugiés arrivés dans d’autres sites à la frontière, comme Miel, Kizamu, Tigizefane et Abala, sont informés par nos équipes de la possibilité d’être transférés vers des sites plus sûrs, accueillant des réfugiés, au camp d’Abala. Le site d’Abala dispose d’une capacité d’accueil de 10.000 personnes », a dit le porte-parole du HCR.

Parallèlement, au Burkina Faso, environ 740 réfugiés qui se trouvaient dans des lieux de transit à la frontière avec le Mali dans les provinces d’Oudalan et Soum ont été transférés vers des sites localisés plus à l’intérieur du pays. Le transport a été organisé par le HCR et son partenaire gouvernemental CONAREF (Commission Nationale pour les Réfugiés).

De nouveaux arrivants maliens – au nombre de 60 à 100 par jour selon les autorités – passent maintenant par des points de transit à la frontière et rejoignent directement des camps de réfugiés à Ferrerio, Gandafobou, Mentao ou Damba. L’accès à l’eau potable reste préoccupant dans ces régions du Sahel au nord du Burkina Faso. Alors que les populations locales ont partagé leurs puits et les ressources en eau avec les réfugiés jusqu’à maintenant, les agences humanitaires, y compris le HCR, ont également commencé à installer des réservoirs et ont acheminé de l’eau dans des camps de réfugiés. De nombreux réfugiés ont également fait venir leur bétail depuis le Mali, ce qui ajoute encore une pression sur les ressources en eau.

Au Mali, des milliers de personnes sont déplacées internes, principalement dans la province de Gao. La plupart sont hébergées dans des campements nomades et ont fui leurs villes et villages par peur d’une reprise des combats. Des centaines de personnes auraient fui la ville de Tessalit après qu’elle ait été prise par les rebelles il y a deux semaines et elles sont arrivées à Gao. « Les réfugiés dans les pays voisins et les déplacés au Mali ont indiqué à nos équipes qu’ils souhaitent retourner chez eux, quand la paix sera restaurée », a dit M. Edwards.

davantage de Maliens fuient vers la Mauritanie et le Burkina Faso

2 mars 2012 –

La Mauritanie et le Burkina Faso continuent de recevoir de nombreux réfugiés maliens qui expliquent fuir l’insécurité dans les villes du nord du Mali et le risque de nouveaux combats entre les rebelles touaregs et l’armée malienne qui avaient commencé à la mi-janvier, a indiqué vendredi le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).« Les réfugiés indiquent à notre personnel que leur principale crainte est d’être pris dans les combats. Ils sont également préoccupés par les attaques menées par des bandits, qui profitent des conditions d’instabilité pour piller les habitations et les biens », a dit un porte-parole du HCR, Andrej Mahecic, lors d’une conférence de presse à Genève.

Selon les estimations du gouvernement mauritanien, on compte désormais plus de 31.000 réfugiés maliens en Mauritanie, dont la majorité est arrivée ces six dernières semaines. Environ 1.500 personnes arrivent chaque jour. Au Burkina Faso, où 18.326 réfugiés ont déjà été enregistrés par les autorités, quelque 500 Maliens en moyenne traversent la frontière chaque jour. Parallèlement, le nombre des personnes qui fuient au Niger a diminué la semaine dernière.

Le nombre total des personnes ayant traversé la frontière depuis le Mali vers les pays voisins s’élève désormais à près de 80.000, selon les statistiques communiquées par les autorités de chacun de ces pays. De plus, le nombre des déplacés internes au Mali a été révisé à la hausse pour atteindre 81.000 personnes, selon les autorités maliennes et les organisations humanitaires qui travaillent dans le nord du Mali en proie à des troubles.

« Le HCR a commencé à enregistrer des réfugiés dans les trois pays d’asile. Cela nous permettra d’affiner les statistiques et également de nous fournir des informations plus détaillées sur la situation des réfugiés et leurs besoins. Nous espérons finir l’enregistrement dans les prochaines semaines, » a dit le porte-parole.

« Les réfugiés s’installent le long de la frontière dans les régions arides du Burkina Faso, de la Mauritanie et du Niger où une grave sécheresse a causé des pénuries alimentaires et en eau ces dernières années. Nous travaillons avec les autorités et nos partenaires humanitaires pour répondre à la fois aux besoins des réfugiés qui arrivent et de la population locale dans les trois pays. Malgré leurs propres difficultés, les habitants partagent leurs maigres ressources avec les nouveaux arrivants », a-t-il ajouté.

L’eau est acheminée par camions vers les régions touchées. Par ailleurs, du riz et d’autres vivres sont distribués. Le HCR prévoit également de transférer les réfugiés vers plusieurs camps que nous ouvrons dans la région. « En Mauritanie, nous avons déjà transféré 8300 personnes particulièrement vulnérables, des hommes, des femmes et des enfants, depuis la région frontalière vers la région de Fassala, plus à l’intérieur du pays, dans le camp de Mbera. Du fait des conditions de vie difficiles dans les régions frontalières, de nombreux réfugiés demandent désormais d’être transférés dans ces camps », a dit le porte-parole du HCR.

Mali : 130.000 personnes ont fui les affrontements, selon le HCR

24 février 2012 –

Le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a lancé un appel de fonds d’un montant de 35,6 millions de dollars pour répondre à la crise humanitaire croissante causée par la nouvelle insurrection rebelle qui a éclaté dans le nord du Mali le 17 janvier dernier.Environ 130.000 personnes ont été déracinées au Mali et ses alentours, depuis la reprise des affrontements entre l’armée malienne et les rebelles touaregs du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) – en violation de l’accord de paix de 2009 qui avait officiellement mis fin à la rébellion touareg au Mali, a indiqué vendrediun porte-parole du HCR, Adrian Edwards, lors d’une conférence de presse à Genève.

Dans les pays environnants, l’afflux le plus important a été enregistré au Niger avec 28.858 arrivées. En Mauritanie, 22.958 réfugiés maliens ont déjà été enregistrés. Par ailleurs, 17.499 réfugiés maliens ont trouvé refuge au Burkina Faso. Davantage d’arrivées quotidiennes ont été enregistrées dans les pays voisins, alors que les attaques continuent dans tout le nord du Mali, où environ 60.000 Maliens sont déplacés internes.

L’appel du HCR vise à couvrir les besoins de 85.000 personnes déracinées jusqu’à juillet 2012. « Les fonds seront utilisés par le HCR pour fournir une assistance d’urgence aux déplacés au Mali et dans les pays voisins. Le HCR s’apprête à établir des camps plus loin de la frontière malienne dans les trois pays pour permettre aux réfugiés de recevoir de l’aide dans des endroits plus sûrs », a précisé le porte-parole.

« La majorité des personnes déracinées sont des Touaregs originaires de zones rurales. Il y a également des Songhai, des Moors et des Fulanis. Ces personnes sont hébergées dans des villages frontaliers reculés et arides qui subissent la crise alimentaire, une sévère sécheresse et l’insécurité générale prévalant à travers la région du Sahel. Les réfugiés ont désespérément besoin d’un abri. Ils ont également besoin de nourriture, d’eau, d’installations sanitaires, de soins de santé et d’éducation. De plus, ils ont besoin d’articles ménagers de première nécessité comme des matelas, des moustiquaires, des couvertures et des ustensiles de cuisine », a-t-il ajouté.

« Le HCR a déjà acheminé des tentes et d’autres biens de secours essentiels au Niger, au Burkina Faso et en Mauritanie pour couvrir les besoins d’un total de 22.000 personnes. De plus, en Mauritanie, le HCR a acheté de la nourriture pour 20.000 personnes et a commencé à transférer des réfugiés vers le camp de Mbera, un ancien site que nous réhabilitons en réponse à l’afflux qui se poursuit. Au Niger et au Burkina Faso, des sites ont été identifiés pour transférer les réfugiés le plus loin possible de la frontière », a encore dit M. Edwards.

le HCR accroît son aide alors que l’afflux redouble vers les pays voisins

Une réfugiée malienne se repose dans un abri de fortune à Gaoudel, dans le nord du Niger. Photo HCR/H. Caux

17 février 2012 –

Le nombre des personnes qui ont fui la violence au nord du Mali vers les pays voisins en quête de sécurité a doublé ces dix derniers jours, alors que les combats continuent entre les rebelles touaregs et l’armée malienne, a indiqué vendredi le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).« Plus de 44.000 personnes ont passé les frontières vers la Mauritanie, le Niger et le Burkina Faso, selon les statistiques d’enregistrement des autorités de ces pays, contre 22.000 personnes enregistrées au 7 février dernier », a indiqué une porte-parole du HCR, Melissa Fleming, lors d’une conférence de presse à Genève.

Des combats auraient eu lieu ces derniers jours à Tessalit, dans la région de Kidal au Mali, ainsi qu’à Tinezewadern à la frontière avec l’Algérie, ce qui pourrait forcer encore d’autres personnes à fuir le Mali vers les pays voisins, a-t-elle ajouté.

« Alors que l’afflux se poursuit, nos équipes intensifient l’assistance aux réfugiés qui ont trouvé refuge et monté des abris de fortune dans des villages frontaliers avec le Mali. L’assistance humanitaire est essentielle, car la région du Sahel est confrontée à une sévère crise alimentaire après plusieurs années de sécheresse », a-t-elle dit.

En Mauritanie, les autorités ont déjà enregistré un total de 18.312 réfugiés maliens, y compris 2.213 d’entre eux qui sont arrivés ces deux derniers jours. La majorité des nouveaux arrivants sont originaires de la région de Léré au Mali. Les autres proviennent des alentours de Léré, Mopti et Tombouctou. Ils ont trouvé refuge dans le village de Fassala situé à trois kilomètres de Léré.

« Notre équipe d’urgence déployée en Mauritanie coordonne la distribution de vivres et d’autres articles essentiels à 5.000 réfugiés et nous faisons notre possible pour atteindre d’autres personnes dans le besoin. Le HCR a acheté l’équivalent de rations alimentaires de 15 jours pour 8.000 autres réfugiés. Nous acheminons aussi par camion de l’eau dans les zones accueillant des réfugiés et nous transportons du matériel médical d’urgence fourni par des partenaires », a précisé Mme Fleming.

« A partir d’aujourd’hui, nos équipes vont travailler pour réhabiliter le camp de Mbéra qui avait accueilli des réfugiés touaregs dans les années 1990. Le site compte déjà plusieurs points d’eau et les structures que nous allons rénover seront utilisées pour des écoles et des centres de santé », a-t-elle ajouté.

Parallèlement, au Niger, deux avions cargo spécialement affrétés ont atterri la nuit dernière à Niamey, la capitale, avec 2.500 tentes à leur bord depuis notre entrepôt de Douala, au Cameroun, dont une cargaison de 500 tentes qui sera transportée vers le Burkina Faso. Des camions chargés de biens de secours devraient arriver à Niamey et Ouagadougou depuis l’entrepôt du HCR à Accra, au Ghana.

Selon les estimations gouvernementales, on compte désormais 18.000 personnes qui ont traversé depuis le Mali vers le nord du Niger ces quatre dernières semaines. Ce chiffre inclut des ressortissants nigériens qui vivent et travaillent au Mali depuis des années et qui sont revenus au Niger du fait de l’insécurité. Les réfugiés expliquent qu’ils sont partis car les autorités et la police avaient abandonné leurs villages et qu’ils ne se sentaient plus en sécurité. Certains ont fait état d’attaques menées par des bandits qui ont volé leurs possessions et leur bétail.

Au Burkina Faso, plus de 8.000 personnes ont traversé la frontière depuis le Mali. Elles vivent principalement dans des camps de fortune au nord du pays ainsi qu’au sein de familles d’accueil ou dans des logements qu’elles louent à Ouagadougou.

Les combats entre les rebelles touaregs du Mouvement national de Libération de l’Azawad (MNLA) et les forces gouvernementales ont repris le 17 janvier dernier au Mali, en violation d’un accord conclu en 2009 qui avait officiellement mis fin à la rébellion touareg.

Le HCR aidera à transférer des réfugiés maliens vers des zones plus sûres

Le HCR fournit une assistance aux réfugiés du Mali comme ceux-ci arrivés en Mauritanie. Photo HCR/A.O. Barry

14 février 2012 –

Le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a indiqué mardi qu’il s’apprêtait, avec les autorités du Burkina Faso, de la Mauritanie et du Niger, à transférer les réfugiés fuyant le Mali vers des lieux plus sûrs et plus éloignés des zones frontalières.« Au nord du Niger, nous avons reçu des informations concernant un nombre significatif de nouveaux arrivants – la plupart depuis les régions d’Anderboukane et de Menaka au Mali. Le HCR n’a pas encore eu confirmation du nombre total des arrivées mais, selon les premières estimations, il s’agirait de plusieurs milliers de personnes », a indiqué un porte-parole du HCR, Adrian Edwards, lors d’une conférence de presse à Genève.

Le personnel sur le terrain explique que ces personnes vivent dans des abris de fortune et endurent des températures extrêmes de jour, avec la chaleur, comme de nuit, avec le froid. La situation en termes de santé est relativement stable mais des cas de paludisme, d’infection oculaire, de diarrhée et d’infection respiratoire ont été observés. De plus, les installations d’assainissement et d’eau potable sont insuffisantes.

« Des experts du HCR dans le domaine de la santé travaillent avec les autorités de santé du Niger et les agences médicales déjà présentes sur le terrain pour coordonner la réponse », a ajouté Adrian Edwards. Il a indiqué que le HCR travaillait également avec le gouvernement du Niger pour préparer le transfert des réfugiés vers des sites éloignés de la frontière instable.

« Nous venons d’identifier un site pour créer un camp près de la ville d’Ouallam, à 100 kilomètres au nord de Niamey. Ce site accueillera des réfugiés qui ont actuellement trouvé refuge à Sinedogar et Mangaize, dans la région de Tillabary. Certains réfugiés nous ont indiqué qu’ils hésitent à se faire transférer car ils espèrent rentrer chez eux dès que les conditions de sécurité le leur permettront », a dit Adrian Edwards.

Les réfugiés ont indiqué au HCR que de nombreux déplacés se trouvent dans les zones frontalières au Mali et qu’ils pourraient traverser vers le Niger si la situation au Mali venait à se détériorer.

Au Burkina Faso, selon les autorités, 8.000 personnes sont déjà entrées dans le pays – principalement au nord. Beaucoup sont des femmes et des enfants. Ils manquent de tout, en particulier de vivres, d’eau et d’abri.

Le porte-parole du HCR a indiqué que le gouvernement avait demandé à l’agence onusienne d’aider au transfert de milliers de réfugiés, depuis des installations spontanées dans le nord du pays, vers deux sites à Goudebo et Ingani, qui sont plus éloignés de la frontière.

En Mauritanie, plus de 13.000 personnes sont arrivées ces deux dernières semaines – soit une moyenne de 1.000 personnes par jour. Les réfugiés vivent dans des abris de fortune. Un planificateur de site du HCR est arrivé à la frontière aujourd’hui. Il travaille avec les autorités mauritaniennes et les ONG locales pour préparer un camp à M’Bera, à 50 kilomètres de la frontière.

Des membres du personnel du HCR se trouvent désormais sur place dans les trois pays, et s’apprêtent à enregistrer les arrivants. Parallèlement, des biens de secours sont acheminés dans les trois pays. En Mauritanie, le HCR a déjà distribué la moitié des rations alimentaires de 15 jours, des tentes et des articles non alimentaires aux réfugiés dans la ville frontalière de Fassala. Plusieurs avions cargo transportant des tentes et des biens de secours ont atterri le week-end dernier à l’aéroport de Nema.

« Pour le Niger et le Burkina Faso, 2.500 tentes seront transportées par avion-cargo cette semaine vers le Niger, depuis notre entrepôt de Douala au Cameroun. 500 autres seront acheminées par la route vers le Burkina Faso. Parallèlement, un convoi a quitté Accra, au Ghana, vendredi avec 40 tonnes de matériel d’aide humanitaire pour les réfugiés au Niger et au Burkina Faso », a dit le porte-parole du HCR.

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=27623&Cr=Mali&Cr1=

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s