DESTINATIONS

Italie : Un projet international pour protéger Pompéi

BULLETINS ELECTRONIQUES

9578605_Pompeii-Apollo

DR

Pompéi est l’un des sites archéologiques les plus connus au monde, visité par plus de 2 millions et demi de personnes par an. Pourtant le site souffre du passage du temps, et les intempéries risquent de créer des dommages irréparables si on n’intervient pas rapidement. A l’été 2014 sera lancé le « Pompei Sustainable Preservation Projet » : un plan d’action sur 10 ans promu et coordonné par le Fraunhofer-Institut für Bauphysik (Ibp), l’institut de restauration de la Technische Universität de Munich (Tum) et par l’International Center for the Study of the Preservation and Restoration of Cultural Property (Iccrom) avec la participation de l’Institut pour les biens archéologiques et les monuments du Conseil national des recherches (Ibam-Cnr).

La formation, la recherche et la restauration seront les trois actions phares du programme. « Le projet prévoit l’étude et le développement de méthodes et de technologies innovantes pour les interventions urgentes de restauration et de mises en sécurité des anciens édifices afin d’empêcher des dégradations ultérieures et d’encadrer les visiteurs » explique Daniele Malfitana, directeur de l’Ibam-Cnr. « Des zones vertes en adéquation avec la valeur historique des jardins antiques seront également à l’étude. En plus nous formerons sur place une nouvelle génération de chercheurs et de restaurateurs en provenance de nombreux pays qui se confronteront avec les experts du secteur. Les meilleures pratiques mises en oeuvre à Pompéi pourront être ensuite utilisées sur d’autres sites ». Les instituts impliqués collaboreront avec la surintendance spéciale pour les biens archéologiques de Naples et de Pompéi et l’Institut supérieur pour la conservation et la restauration, afin de transformer Pompéi en un centre de recherche sur la conservation de l’architecture antique.

« L’ensemble des savoirs et des compétences que nous pouvons fournir à ce projet international comprend le contrôle, les prospections géophysiques, la télédétection, la bio-archéologie, l’archéométrie des ouvrages, la restauration des peintures, les systèmes d’informations du territoire, les cartes des risques, la documentation et la communication » termine Malfitana.

« L’ibam-Cnr souhaite orienter davantage ses missions vers les demandes de la société, en mettant à disposition son expérience mais aussi en devenant une plateforme de référence pour les grands site archéologiques et naturels de l’Italie ».

Le programme implique également la School of Geography and Environment de l’université d’Oxford, le département d’histoire antique de l’Historicum de la Ludwig-Maximilians-Universität de Munich (Lmu), le Deutsches Archäologisches Institut (Dai) de Rome et l’université de Pise. Les interventions permettront de compléter et améliorer celles déjà prévues par l’Italie et l’Union Européenne avec le « Grand Projet Pompéi ».

EN SAVOIR PLUS

VOIR AUSSI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s