CLIMAT

Des vagues géantes au fond des océans influent sur le climat

SCIENCES ET AVENIR

D’énormes vagues qui se brisent au fond de l’océan jouent un rôle crucial dans les cycles climatiques à long terme.

 

6345454-des-vagues-hautes-comme-un-immeuble-au-fond-de-l-ocean

 

Des vagues de 250 mètres de hauteur circulent au fond des océans. Tom Peacock, MIT | Wide Eye Productions

 

PROFONDEURS. Froid, sombre et immuable. Voilà comment est considéré l’océan profond, pourtant d’énormes vagues s’y forment entre les couches d’eau de densités différentes. Elles contribuent au transport d’énergie, de nutriments et de carbone dans le monde. Et selon une étude publiée dans le journal Geophysical Research Letters, ces vagues ont une influence déterminante sur le climat planétaire.

 

« Les modèles climatiques sont très sensibles aux turbulences dans l’océan profond ainsi qu’à laur emplacement », souligne Matthew Alford, océanographe qui dirigé une expédition vers les îles Samoa, là où l’océan pacifique et Antarctique se rejoignent. A ce niveau, les chercheurs ont observé pendant sept semaines les flux d’eau sous-marin : « l’ensemble du flux du Pacifique Sud est bloqué par cette immense dorsale sous-marine et la quantité d’eau qui essaye de filer vers le nord est formidable. Près de 6 millions de mètres cube par seconde soit environ 35 fleuves Amazone ! » rajoute Matthew Alford. Cela à de forte répercussions sur les courants océaniques et sur le climat mondial.

GRATTE-CIEL. A environ 5 km de profondeur, les scientifiques ont pu enregistrer le passage de vagues de plus 250 mètres, aussi hautes que certains gratte-ciel, qui viennent se briser sur les fonds marins. Elles contribuent à diluer l’eau froide de l’Antarctique dans les eaux chaude du Pacifique Sud. Le passage des Samoa est important parce qu’il mêle beaucoup d’eau mais des processus similaires se produisent en d’autres endroits du monde estiment l’océanographe. Quant à savoir s’il aimerait surfer sur ces vagues, ce dernier répond qu’elles mettent trop de temps à se briser (plus d’une heure parfois) et qu’il n’aurait pas la patience d’attendre !

 

SCIENCES ET AVENIR

Turbulences sous les eaux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s