SUGGESTIONS

Peu traité dans l’histoire de l’Afrique coloniale : la déforestation du Maghreb

LA VIE DES IDEES

par Claire Fredj

En s’intéressant la question environnementale, Diana K. Davis aborde un sujet encore peu traité de l’histoire coloniale du Maghreb. Centré sur la construction, l’usage et la performativité d’un discours environnemental décliniste, son ouvrage montre la fabrication d’un nouvel outil de contrôle et de domination.

arton2402-ce6d9[1]

Le terme de « désertification » apparaît en 1927 sous la plume du forestier Louis Lavauden. C’est pourtant dès 1830 que les nomades d’Algérie en sont accusés, à travers le récit d’un déclin environnemental précocement construit par différents acteurs de la colonisation. Ce récit, qu’étudie Diana K. Davis, sert de toile de fond à l’imposition d’une nouvelle législation sur les terres, porteuse de dépossessions foncières et de nouvelles pratiques agraires.

Dès le début de la conquête, en une vingtaine d’années, émerge un récit environnemental accusant les indigènes, surtout les nomades, d’avoir déboisé et dégradé les fertiles « greniers à blé » de l’Afrique du nord. Par ce discours, se trouve justifié le devoir de la France de rendre à l’Algérie la prospérité qu’elle aurait connue à l’époque romaine. Cette assurance s’appuie sur les textes classiques et les résultats de fouilles archéologiques, tandis que la lecture sélective d’auteurs comme Ibn Khaldoun présente les invasions arabes « hilaliennes » du XIe siècle comme responsables de la ruine d’un pays autrefois très riche. La déforestation et la désertification, attribuées au nomadisme pastoral, sont au cœur d’un récit « décliniste », utilisé pour rationaliser la colonisation française : le besoin de reboiser les espaces censés avoir été déboisés par les indigènes devient un argument fréquemment utilisé pour justifier l’appropriation des terres.

En même temps que diverses lois restreignent et criminalisent la plupart des usages traditionnels de l’environnement, les pratiques agro-pastorales traditionnelles connaissent un processus de délégitimation. Ainsi en est-il notamment des incendies semi-contrôlés ou du pâturage en forêt, qui entrent en conflit avec les usages en train de se mettre en place en métropole. Le code forestier français de 1827 est appliqué à la lettre en Algérie. La protection des forêts doit d’abord répondre aux besoins en bois de l’armée. C’est pourquoi, en même temps que le service forestier, institué en 1838, commence à travailler à des plantations et des pépinières d’arbres, interdiction est faite de mettre le feu aux bois, taillis, haies vives, etc. Des amendes sont prévues pour tout incendie destiné à fertiliser la terre, les sanctions sont aggravées en 1846. La culture et le pâturage sont ainsi rendus plus difficiles pour une majorité de la population rurale, d’autant que plusieurs mesures contraignent les paysans à céder leurs terres. Selon Diana K. Davis, le récit décliniste triomphe sous la Troisième République, alors que la colonisation reprend de plus belle, notamment grâce à la loi Warnier (1873) qui permet de nouvelles confiscations de pâturages et de jachères par le démembrement de la propriété collective traditionnelle, transformée en propriété privée individuelle.

Alors qu’un « sentiment foresto-centré » s’empare de la communauté scientifique internationale dans la deuxième moitié du XIXe siècle, la lutte contre le déboisement s’intensifie en Algérie, s’appuyant sur des théories scientifiques qui font consensus. En Afrique du nord, le botaniste Charles-Louis Trabut diffuse la phytogéographie : chaque zone botanique est définie par une « espèce dominante », souvent un arbre. Il note que dans plusieurs endroits, la forêt a été détruite et qu’il faut la « reconstituer à l’aide de ses vestiges dispersés dans le maquis ». La théorie de la dessiccation devient également des plus influentes, particulièrement dans le monde colonial : le déboisement ayant causé l’assèchement progressif de l’atmosphère et un changement du climat, la plantation d’arbres permettrait d’augmenter les précipitations. Le colon François Trottier est l’un des premiers à promouvoir le reboisement comme un moyen d’étendre la colonisation dans les zones arides, notamment par la plantation de centaines de milliers d’eucalyptus.

Depuis 1851, une législation draconienne vise en outre à protéger les forêts. La loi de 1874 sur les incendies officialise la responsabilité collective et la confiscation collective comme sanction au déclenchement des feux de forêt. Celle de 1885 défend le débroussaillage, la pâture, et permet l’expropriation des terres pour le reboisement au nom de l’intérêt public. La loi de 1903 permet enfin l’établissement de périmètres de reboisements au nom de l’utilité publique. Dix-neuf périmètres sont ainsi répertoriés dans les années 1930, mais dont une faible part des terres est effectivement reboisée. Les pertes de terres, considérables, sont catastrophiques pour une économie traditionnelle très dépendante du pastoralisme. Les nomades, dont la part est évaluée à 60-65% de la population au moment de la conquête, en représentent moins de 20% en 1911. Sédentarisation, métayage et migration bouleversent les structures traditionnelles au nom de la protection de la nature alors même que les années 1890-1940 sont marquées par une grande diminution des surfaces forestières.

Le récit environnemental décliniste s’exporte en Tunisie puis au Maroc et, avec lui, l’arsenal législatif forgé en Algérie. Le but est le même : fixer au sol les tribus nomades et transformer la propriété collective en propriété individuelle. En Tunisie, les millions d’oliviers et d’arbres fruitiers plantés entre 1881 et 1956 contribuent à une transformation complète du paysage. Au Maroc aussi, il s’agit de « ressusciter » la forêt, une tâche à laquelle œuvre le directeur de la foresterie, Paul Boudy, à partir de 1913. Les estimations exagérées des régions forestières naturelles et des taux de déforestation de Louis Emberger, directeur de la botanique à l’Institut des hautes études marocaines de Rabat dans les années 1930 et concepteur de la carte phytogéographique du Maroc (1938), influencent fortement Paul Boudy. Selon lui, le Maghreb aurait perdu au moins 10 M d’hectares de forêt au cours des siècles précédents et aurait été déboisé à plus de 50%. Ce récit affecte les pratiques. Le code forestier marocain, modifié en 1921, inclut de nouvelles dispositions sur le droit et l’usage des pâtures en zone boisée, limite les têtes autorisées à paître gratuitement dans la forêt et prévoit le renouvellement annuel du droit de pâture. En 1934, une nouvelle règlementation réduit encore les territoires et droits d’usage, tandis que de nouvelles techniques d’élevage intensif commencent à être envisagées. Les modes traditionnels d’élevage, à la fois nomade et transhumant, s’en trouvent brutalement atteints, marginalisés et circonscrits par l’État colonial à des zones de parcours.

 
lire la suite

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s