GEOGRAPHIE HUMAINE

France : Immigration et football

MUSEE DE L’HISTOIRE DE L’IMMIGRATION

par Paul Dietschy, maître de conférences à l’Université de Franche-Comté 

En France, l’histoire du football est fortement liée à celle de l’immigration. Le football hexagonal s’est développé grâce à l’apport technique de joueurs recrutés hors du territoire national et par l’intégration des enfants d’étrangers jusque chez les Bleus. Raymond Kopa, Michel Platini et Zinedine Zidane, les trois figures tutélaires du football français, sont, à des degrés divers, des descendants d’immigrés.

Equipe de France de football de 1939 © Presse sports

 L’équipe de France de football lors d’un match amical contre la Hongrie le 13 mars 1939. Debout : Julien Darui, François Bourbotte, Gusti Jordan, Etienne Mattler et Raoul Diagne. Accroupis : Roger Courtois, Larbi Ben Barek, Alfred Aston, Oscar Heisserere, Emond Weiskopf. © Presse sports

Le ballon rond est ainsi un lieu de mémoire essentiel de l’histoire de l’immigration en France. L’équipe de France est à elle seule un miroir souvent grossissant, parfois déformant, des différentes vagues de l’immigration française. De même, le monde du football, ses deux millions de pratiquants, rendent compte du rapport complexe qu’entretient la société française avec les étrangers qui viennent chercher asile et travail chez elle.

De l’importation à la nationalisation : le premier football français

Comme ailleurs en Europe, le football association est d’abord un jeu importé, dont l’histoire commence en 1872 avec Le Havre Athletic Club, le premier club sportif fondé sur le sol national par des expatriés britanniques, et commence à se diffuser dans les années 1890 lorsque les Anglais du Standard Athletic Club et les Ecossais des White Rovers lancent dans la banlieue parisienne les premières compétitions de football.

27 avril 1913. Rouen, équipe du Stade helvétique de Marseille
27 avril 1913. Rouen, équipe du Stade helvétique de Marseille © Agence Rol – BNF

Les Suisses jouent aussi un rôle important dans l’introduction du football en France notamment à Marseille où le Stade Helvétique représente avant 1914 l’excellence footballistique. Le club composé de citoyens suisses s’adjuge en effet le titre de champion de France de l’Union des sociétés françaises de sports athlétiques (USFSA) en 1909 et 1911.
Toutefois, la diffusion du football-association dans des villes et auprès d’un public plus modeste s’accompagne aussi de la nationalisation du jeu.

Contestant l’entre-soi britannique du Standard et des Rovers, de jeunes Parisiens fondent des clubs ou des équipes qui se veulent nationales comme le Club français. Et, à la veille de la Grande Guerre, les victoires du Stade helvétique font débat au sein de l’USFSA : quelle est la valeur d’un titre de champion de France, s’il est remporté par des ressortissants d’un pays étranger ?

Le recrutement d’une élite professionnelle étrangère

Rudi Hiden, gardien de but de l'équipe du Racing club de Paris, décembre 1938
Rudi Hiden, gardien de but de l’équipe du Racing club de Paris, décembre 1938 © LAPI / Roger-Viollet

Le spectacle du football se développe après la création de la Fédération française de football association (1919). Pour renforcer leurs effectifs, avant même l’instauration officielle du professionnalisme en 1932, les grands clubs vont chercher à l’étranger une main d’œuvre qualifiée qui fait alors cruellement défaut dans l’hexagone.
Après avoir fait appel à des Britanniques, comme l’entraîneur écossais Victor Gibson (FC Sète, SO Montpellier, Olympique de Marseille et FC Sochaux), les clubs français se tournent vers l’Europe centrale ou l’Amérique du Sud. Durant les années trente, les équipes professionnelles françaises comptent, selon les saisons, de 20 à 35% de footballeurs étrangers. Beaucoup sont naturalisés, les meilleurs renforçant les rangs de l’équipe de France à l’instar du gardien de but viennois Rudi Hiden ou son compatriote Auguste Jordan.

L’appel aux colonies

En 1931, Raoul Diagne, fils du député du Sénégal Blaise Diagne, est le premier footballeur noir à porter le maillot bleu. Il est rejoint dans les années trente par des joueurs nord-africains, dont le Marocain Larbi Ben Barek. Passé par l’Olympique de Marseille, le Stade Français et l’Atletico Madrid, celui que la presse surnomme « la perle noire » porte le maillot bleu de 1938 à 1954.

Larbi Ben Barek. 5 novembre 1938 © Presse Sports - L'équipe Larbi Ben Barek. 5 novembre 1938 © Presse Sports –L’équipe

Ses performances ont pu susciter des commentaires teintés de paternalisme voire de racisme. Il n’empêche qu’à l’aube des Trente glorieuses, les clubs français ont pris le pli de recruter en Afrique du Nord, principalement en Algérie, à l’image du robuste défenseur de l’AS Monaco, Mustapha Zitouni, ou de l’espoir de l’AS Saint-Etienne, l’attaquant Rachid Mekhloufi.
Si l’arrivée des joueurs nord-africains est fortement ralentie par les développements sportifs de la guerre d’Algérie, et notamment la constitution d’une équipe d’Algérie par le Front de libération nationale (FLN) en 1958, la relève est assurée par les footballeurs d’Afrique subsaharienne. Parmi eux, le fondateur d’une dynastie de champions : le Camerounais Zacharie Noah, père de Yannick et grand-père de Joakim.

L’équipe de France et le football, miroirs de l’immigration en France

Alors que les indépendances réduisent fortement l’arrivée des joueurs africains et que le recrutement d’éléments étrangers est limité à deux éléments par club, le rapport immigration et football prend un autre sens. Le sport en général, le football en particulier, deviennent un lieu d’intégration privilégiée pour les enfants de l’immigration. Et c’est au cours des années 1950 que la « deuxième génération » de l’immigration commence à s’illustrer sur les terrains de football.

L'équipe de France de football, avant la demi-finale contre le Brésil en 1958
L’équipe de France de football, avant la demi-finale contre le Brésil en 1958. De gauche à droite Maryan Wisnieski, Just Fontaine, Raymond Kopa, Roger Piantoni et Jean Vincent © Keystone / Eyedea

En effet, le talent et les exploits des enfants de l’immigration polonaise (Kopa[szewski], Wisnieski), italienne (Piantoni), ou de la population européenne du Maroc (Fontaine) permettent à l’équipe de France de terminer à la troisième place de la Coupe du monde 1958 disputée en Suède. Une grande première qui permet enfin d’identifier un « style français » inspiré du Stade de Reims.

Le relais est ensuite assuré par Michel Platini le petit-fils d’immigré piémontais. De 1976 à 1986, les bleus de Platini imposent le football français sur la scène internationale en atteignant les demi-finales de la Coupe du monde (1982-1986) et en remportant l’Euro 1984. On peut lire dans la composition des équipes de France de l’ère Platini les différentes strates de l’histoire de l’immigration comme le révèlent les patronymes d’origine italienne (Battiston, Ferreri, Genghini, Platini), espagnole (Amoros, Fernandez, Lopez), ou encore africaine (Tigana), sans oublier les joueurs des DOM-TOM (Marius Trésor et Gérard Janvion).

L'équipe de France lors de la coupe du monde de football de 1982.
L’équipe de France lors de la coupe du monde de football de 1982. Match France-RFA le 8 juillet 1982. Debout : Marius Trésor, Jean-Luc Ettori, Gérard Janvion, Manuel Amoros, Maxime Bossis et Jean Tigana. Accroupis : Dominique Rocheteau, Bernard Genghini, Alain Giresse, Michel Platini et Didier Six  © Presse sports

L’exemple des Kopa, Tigana et autres Fernandez illustre donc le rôle du football dans l’intégration de jeunes nés de parents étrangers en France (Kopa) ou dans leur pays d’origine (Tigana et Fernandez). Leur succès a tendance à faire oublier la xénophobie et le racisme dont ces champions ont eu à souffrir au début de leur carrière, comme beaucoup de leur pairs qui n’ont pas connu la même réussite sportive.

4 mars 1969, à Paris, le Benfica de Lisbonne rencontre l’Ajax d’Amsterdam

4 mars 1969, à Paris, le Benfica de Lisbonne rencontre l’Ajax d’Amsterdam en Coupe d’Europe de football. De nombreux travailleurs portugais viennent assister au match © Presse Sports – L’équipe

Pour certains immigrés, jeunes ou moins jeunes, le football a pu aussi constituer un trait d’union avec le pays d’origine. Ainsi les déplacements en France du Real Madrid ou du Benfica Lisbonne réunissent dans le stades français les diasporas espagnole et portugaise. De même, les communautés locales ibériques ou maghrébines pratiquent également le football dans l’entre-soi des clubs communautaires, comme les célèbres Lusitanos de Saint-Maur.

Les faux-semblants de l’équipe « Black-Blanc-Beur »

Les Champs-Elysées après la victoire de l’équipe française de football, 1998
Les Champs-Elysées après la victoire de l’équipe française de football contre le Brésil au Mondial 1998 © Deville-Duclos/Gamma/Eyedea

C’est avec le doublé inespéré Coupe du Monde-Euro en 1998 et 2000 que l’apport de l’immigration au football français devient un véritable objet médiatique.
Les mérites de l’équipe « Black-Blanc-Beur » de Zinedine Zidane, la liesse qui saisit aussi une très grande partie de la population de l’hexagone, sont célébrés en 1998 par toutes les plumes de l’échiquier politico-médiatique, à l’exception du Front national.

De fait, l’équipe doublement victorieuse compose à nouveau une mosaïque de la diversité française mêlant provinces françaises (Blanc, Deschamps, Guivarch, Lizarazu), Europe méridionale (Candela, Pirès), DOM-TOM (Diomède, Karembeu, Henry, Lama et Thuram), Afrique subsaharienne (Marcel Desailly et Patrick Vieira) et du Nord avec « Zizou » l’enfant de Marseille, fils d’un couple d’imigrés kabyles.

Sélection de l'équipe de France de football pour la Coupe du monde 1998
Sélection de l’équipe de France de football pour la Coupe du monde 1998 © Presse sports, photographe : Lablatiniere

L’enchantement de juillet 1998 dure peu. L’image de l’équipe et de la société multiculturelles est tout d’abord écornée par l’invasion de la pelouse du stade de France par des jeunes supporters de l’équipe d’Algérie en octobre 2001 (match France-Algérie), puis par l’élimination sans gloire au premier tour de la Coupe du monde 2002. Certes, quatre ans plus tard, Zinedine Zidane, longtemps personnalité préférée des Français selon le Journal du Dimanche, hisse à nouveau les Bleus en finale de la Coupe du monde.

LIRE LA SUITE

EN SAVOIR PLUS

2 réflexions sur “France : Immigration et football

  1. Pingback: France : IMMIGRATION et football | Le BONHEUR c...

  2. Pingback: France : Immigration et football | French langu...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s