ESPACE

Un pulsar super dense et deux naines blanches bousculent Albert Einstein

BULLETINS ELECTRONIQUES

pulsar-770

Illustration: Bill Saxton, NRAO/AUI/NSF.

Un système nouvellement découvert composé de deux étoiles naines blanches et d’un pulsar super dense – situé dans un espace plus petit que l’orbite de la Terre autour du Soleil – va permettre aux astronomes d’effectuer des recherches sur une grande variété de mystères cosmiques, y compris la nature de la gravité elle-même. L’équipe internationale de chercheurs, qui inclut l’astronome Ingrid Stairs de l’Université de Colombie Britannique (UBC), vient de publier ses conclusions dans la revue Nature du 5 Janvier 2014.

Initialement découvert par un étudiant américain à l’aide du Télescope Green Bank de la National Science Foundation (NSF), le pulsar – 4200 années-lumière de la Terre, tournant près de 366 fois par seconde – a été découvert en orbite près d’une étoile naine blanche. Cette paire est elle-même en orbite avec une autre naine blanche, plus lointaine.

Ce système à trois corps est la meilleure opportunité pour les scientifiques de découvrir une violation d’un concept clé dans la théorie d’Albert Einstein de la relativité générale : le principe d’équivalence forte, qui indique que l’effet de la gravité sur un corps ne dépend pas de la nature ou de la structure interne de ce corps. « En effectuant des mesures de très haute précision des impulsions provenant du pulsar, nous pouvons tester la variation du principe d’équivalence forte avec une sensibilité de plusieurs ordres de grandeur et plus importante que jamais auparavant », explique le Prof. Stairs, du Département de Physique et d’Astronomie de UBC. « Trouver une variation dans le principe de l’équivalence forte indiquerait une rupture de la relativité générale et nous orienterait vers une nouvelle théorie révisée de la gravité. »

« Il s’agit du premier pulsar « milliseconde » trouvé dans un tel système, et nous avons immédiatement su qu’il nous offrirait une formidable opportunité pour étudier les effets et la nature de la gravité », explique le Prof. Scott Ransom du National Radio Astronomy Observatory (NRAO), qui a dirigé cette étude.

EN SAVOIR PLUS

MORE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s