GEOGRAPHIE HUMAINE

Kazakhstan : Dévaluation et culottes en dentelle

GLOBAL VOICES

 

vue-aerienne-de-la-capitale-du-kazakhstan-astana

La capitale kazakhe, Astana DR

 

Le Kazakhstan a connu récemment sa première manifestation depuis bien longtemps – après un grand nombre d’appels avortés à descendre dans la rue, personne n’y croyait plus. Elle faisait suite à une énième dévaluation du tengué, la monnaie nationale, décidée du jour au lendemain. Une dévaluation de 20 % [185 tengués pour 1 dollar] qui a mis la population en état de choc : vers midi, tous les points de change avaient déjà fermé, ainsi que les sites de vente en ligne et les supermarchés, et les banques voyaient affluer des clients affolés. Tout cela après une déclaration récente de la Banque nationale kazakhe sur la stabilité du système économique.

Les prix se sont mis à grimper alors que les salaires restaient les mêmes. Dans les faits, tout le monde y a laissé 20 % de son épargne (dans le cas où elle était réalisée dans la monnaie nationale), ce qui a été les prémices du rassemblement. La nouvelle d’une manifestation le week-end suivant s’est répandue sur les réseaux sociaux et même quelques portails d’information, sans que les gens s’inquiètent qu’elle ne soit pas autorisée – toute manifestation, procession ou organisation d’un piquet de grève est soumise à l’autorisation de l’akimat (équivalent de la mairie), et là elle n’a pas été obtenue. Par ailleurs, cette dévaluation coïncidait avec l’interdiction d’importer de la dentelle sur le territoire de l’Union douanière.

Le principal rassemblement était fixé le 15 février à 11 heures (heure locale). Fait comique, suivant la légendaire (et impossible à éradiquer) habitude des Kazakhes d’être en retard, les premiers manifestants ne sont arrivés sur les lieux que vers 11h30. Le ton était plutôt timide dans l’ensemble, même si quelques individualités – décidées à prendre en main leur destin sans peur des conséquences ou persuadées d’avoir raison – se sont démarquées par leur audace.

On a pu noter la présence de nombreux collaborateurs des médias, simples blogueurs ou journalistes. Ils ont consciencieusement enregistré, filmé et consigné tous les discours, actions et manifestations d’émotion. De leur côté, les autorités ont tenté de riposter avec l’arrivée impromptue d’un chasse-neige bloquant “accidentellement” la rue adjacente à la place. Dans un premier temps, tout se passa de manière raisonnable : les manifestants scandaient gentiment leurs revendications, les employés des forces de police appelaient non moins gentiment les citoyens au calme, bref la foule ne sortait pas du cadre de la manifestation tel qu’établi dans les communiqués et sur les réseaux sociaux. Puis les gens ont décidé d’investir les quartiers des alentours et de continuer le rassemblement sur la place de la République, juste en face du bâtiment de la mairie. Les premiers affrontements ont eu lieu au point même du rassemblement initial, avec l’arrivée des SOBR (forces spéciales à réaction rapide) qui, sans sommation, se sont mises à empoigner et emmener les manifestants les plus remuants. Le procureur régional a fait son arrivée peu près, faisant très clairement comprendre que tous les participants à cette manifestation non autorisée seraient punis – avant de demander aux gens de rentrer chez eux. A 15 heures tapantes, la manifestation prenait fin. D’après des sources proches de manifestants, une trentaine de personnes ont été interpellées, dont de simples passants.

Un reportage photo très clair et qui rend particulièrement bien l’ambiance a été réalisé par le sitevoxpopuli.kz:

 

LIRE LA SUITE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s