DECORTIQUAGES

Californie : L’extraction des eaux souterraines peut littéralement déplacer des montagnes

nature13275-f3

 

 

Le professeur Pascal Audet du Département des sciences de la Terre et une équipe de chercheurs dirigée par le professeur Colin Amos de l’Université Western Washington viennent de publier une nouvelle étude dans la revue scientifiqueNature (anglais seulement). Leur article trace un lien direct entre l’extraction des eaux souterraines et le soulèvement de la chaîne Côtière et de la Sierra Nevada en Californie, ce qui risque de faire augmenter le nombre de petites secousses sismiques le long de la faille de San Andreas, non loin de là.

Le rôle du professeur Audet dans cette étude consistait à reproduire le mouvement ascendant de la croûte terrestre causé par l’extraction des eaux souterraines afin de l’apparier au modèle de rehaussement mesuré à l’aide de données GPS (système mondial de localisation). Son modèle a ensuite servi à calculer les effets des mouvements terrestres sur les pressions exercées sur la faille de San Andreas.

Les chercheurs montrent qu’en plus de modifier les couches liquides externes de la Terre, y compris l’atmosphère et les océans, l’activité humaine déforme également la croûte terrestre. De telles causes « non naturelles » de déformation deviendront sans doute de plus en plus courantes puisque l’on prévoit une augmentation des besoins en eaux souterraines à des fins agricoles, urbaines et environnementales en raison des changements climatiques.

Tout procédé à grande échelle – d’origine naturelle ou humaine (p. ex. l’extraction des ressources) – qui redistribue de la matière sur la surface de la Terre risque de déformer le sol. « Au Canada, l’immensité du Bouclier canadien peut contribuer à prévenir les grands mouvements terrestres et nous protéger des effets connexes tel que les tremblements de terre, » explique le professeur Audet. « Toutefois, cette étude préconise une surveillance et une modélisation accrues des mouvements terrestres dans les secteurs d’activité industrielle intense. »

 

mono_lake_sierra_nevada_californiaDR

Contact medias : Danika Gagnon, Agente des relations médias, Université d’Ottawa – Bureau : 613-562-5800 poste 2981 – Cell. : 613-863-7221 –danika.gagnon@uOttawa.ca
– http://www.nature.com/nature/journal/v509/n7501/full/nature13275.html
– Article original : Nature 509,483-486 (22 May 2014)doi:10.1038/nature13275

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s