ESPACE

Découverte d’une « planète Godzilla », une méga-terre bien mystérieuse

SCIENCES ET AVENIR

Par Joël Ignasse

Cette incroyable planète d’une masse de 17 terre a été découverte dans la constellation du Dragon.

Vue d'artiste de la planète Kepler-10c et de Kepler 10-b. AAS/Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics
Vue d’artiste de la planète Kepler-10c et de Kepler 10-b. AAS/Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics

Une Terre « Godzilla »

« Nous avons été très surpris quand nous avons réalisé ce que nous avions trouvé », raconte Xavier Dumusque du Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics, qui a dirigé l’analyse des données issues du télescope Kepler et a fait la découverte. « C’est une planète Godzilla ! » ajoute Dimitar Sasselov, autre membre de l’équipe. « Mais à la différence du monstre du film, cette méga-Terre a des implications positives pour la vie » ajoute-t-il.

Cette exoplanète, nommée Kepler-10c, tourne autour d’une étoile semblable au soleil en 45 jours. Elle est située à environ 560 années-lumière de la Terre dans la constellation du Dragon, est 2,3 fois plus grande que la Terre et pèse 17 masses terrestres. Le système Kepler-10 accueille également un « monde de lave », Kepler-10b, qui pèse trois à quatre masses terrestres et tourne en seulement vingt heures autour de son Soleil.

Image : Vue d’artiste de Kepler 10-b. (Nasa)

 

MYSTERE. Les astronomes pensaient jusqu’à présent que des planètes rocheuses de cette taille ne pouvaient pas se former. Au-delà d’une certaine masse, elles devraient capturer l’hydrogène qu’elles produisent et se transformer, en grossissant, en planète gazeuse comme Jupiter. Kepler-10c n’a donc pas encore livré tous ses secrets…

Des planètes rocheuses formées très tôt

Au début, l’univers ne contenait que de l’hydrogène et de l’hélium. Des éléments plus lourds nécessaires pour former des planètes rocheuses, comme le silicium et le fer, ont été créés dans les premières générations d’étoiles. Lorsque ces étoiles ont explosé, elles dispersèrent ces ingrédients essentiels dans l’espace qui pouvaient ainsi être incorporé dans les générations suivantes d’étoiles et de planètes.

ELEMENTS. Ce processus aurait pris des milliards d’années. Cependant, Kepler- 10c montre que l’univers était en mesure de former des énormes planètes, même pendant la période où les éléments lourds étaient rares. Cette recherche implique que les astronomes ne devraient pas exclure les vieilles étoiles lorsqu’ils recherchent des planètes comme la Terre. Et si les vieilles étoiles peuvent accueillir des terres rocheuses, alors il existe une meilleure chance de localiser des mondes potentiellement habitables dans notre voisinage cosmique.

 

SCIENCES ET AVENIR

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s