PATRIMOINE FRANÇAIS

Le marais poitevin retrouve son label de Parc Naturel Régional

MINISTERE DU DEVELOPPEMENT DURABLE

 

 

Capture d’écran 2014-06-16 à 22.11.27

 

À l’échelle géologique, le Marais poitevin est un paysage assez récent : il y a 8 000 ans, la région était recouverte par la mer qui constituait ainsi le golfe des Pictons. Progressivement les eaux se sont retirées et les sédiments se sont accumulés, formant une grande étendue plane. L’exploitation agricole est alors concentrée uniquement sur les pourtours de cette zone marécageuse souvent inondée.

Au XIIe siècle, les moines de diverses abbayes maraîchines, dont la puissante abbaye de Maillezais, creusent les premiers canaux et installent des portes à flot pour se protéger des crues et pouvoir exploiter cette terre qui était très riche pour l’élevage et différentes cultures. Ils façonnent le premier visage du marais desséché.

Après de longues pauses dues à la Guerre de Cent ans, puis aux guerres de religion, les travaux d’aménagement sont repris et intensifiés sous Henri IV. Dans une perspective de reconstruction, il accorde des privilèges aux grands aristocrates de la Cour qui ne tardent pas à entrevoir les profits pouvant être tirés de ces assèchements. La culture céréalière prend alors la première place dans l’économie agricole, devant l’élevage et la pêche.

L’aménagement général de cette immense zone humide se poursuivra jusqu’au XIXe siècle. En 1808, Napoléon Ier lance une campagne de grands travaux hydrauliques, notamment sur la Sèvre niortaise qui sert au transport entre Niort et Marans. Ils vont donner au marais mouillé son aspect d’aujourd’hui.

Au XIXe, sous la Restauration, un système complexe de barrages et d’écluses est mis en place afin de pouvoir maintenir les niveaux d’eau pendant l’été. C’est avec la plantation de frênes et de peupliers sur les berges pour les stabiliser, que le visage actuel de la Venise Verte se dessine.

 

 

 

 

Des Grands Travaux au label Grand Site de France

Lorsqu’en octobre 2004, Ségolène Royal et Jacques Auxiette s’engagent pour reconquérir le label de Parc naturel régional, le Marais poitevin est pris dans un conflit ancien opposant l’agriculture intensive à la protection de la nature.

Classé Parc naturel régional en 1979, le Marais poitevin a été, depuis, au cœur de polémiques sur son avenir, entre la modernisation des conditions de mise en valeur agricole d’une part, et le maintien de la zone humide d’autre part, avec, au cœur de ce débat, la question des aménagements et de la gestion hydraulique, enjeu majeur du territoire.

En octobre 1989, la Charte Intercommunale poursuit l’objectif de protéger et mettre en valeur le territoire. Elle conduit des opérations qui visent à développer le tourisme, à travers notamment le développement des itinéraires cyclables, elle soutient les commerces locaux à l’appui d’une opération de restructuration de l’artisanat et du commerce, ou encore elle lance les premières Opérations Groupées d’Aménagement Foncier pour favoriser l’élevage.

En septembre 1990, dans le contexte du débat sur le futur tracé de l’autoroute A83, et convaincu par Ségolène Royal que le Marais poitevin est un « monument de la nature » à protéger, le Président de la République, François Mitterrand, déclare que « le Marais mouillé mérite des travaux absolument urgents de sauvegarde. L’Etat apportera son soutien. »

Le projet autoroutier A83, reliant Nantes à Niort, figurait au schéma directeur routier national approuvé par décret du 18 mars 1988. Le premier tracé devait passer au sud de Niort, servant de rocade à la capitale des Deux-Sèvres, pour aller se raccorder à l’A10 filant vers Bordeaux. Cet itinéraire prévoyait de couper la « Venise verte » entre Coulon et Magné. Les remembrements et autres aménagements connexes auraient définitivement détruit « la cathédrale de verdure ».

Dès son élection, une politique de grands travaux fut alors lancée. En tant que Députée des Deux-Sèvres, Ségolène Royal s’est fermement opposée au tracé sud du projet autoroutier et a convaincu, dès 1992, François Mitterrand de protéger ce « monument de la nature ». Une politique de Grands Travaux fut alors lancée, engageant près de 10 millions d’euros « pour défendre en commun un bien inestimable ». L’autoroute fut construite au Nord de Niort et ce combat initia un vaste élan en faveur de la sauvegarde du Marais poitevin. Depuis 1993, de nombreux chantiers ont été engagés et c’est toute une population qui s’est mobilisée pour un tourisme diffus et de qualité, une agriculture respectueuse de l’environnement, un artisanat renouant avec les savoir-faire de nombreux maraîchins…

Le Président de la République est venu inaugurer les Grands Travaux du Marais Poitevin à Arçais, le 4 février 1992, les seuls engagés en milieu rural.

Le budget alloué est investi pour réhabiliter, valoriser, la « cathédrale de verdure ». Passerelles, ports, quais, cales, lavoirs,…seront ainsi restaurés pour redonner au Marais poitevin son rang monumental, à l’instar de la Grande Arche, de la Bibliothèque Nationale, de la Pyramide du Louvre.

A partir de 2004, en tant que Présidente de Région et Présidente du Syndicat Mixte du Parc Interrégional du Marais Poitevin, Ségolène Royal proroge l’esprit qui prévalait aux Grands Travaux dans le cadre d’une Opération Grand Site.
En effet, au cœur du Marais mouillé, également appelé Venise verte, un territoire de 18 553 Ha a été classé pour la protection de son paysage en 2003.

Depuis 2004, le Parc y conduit une action d’envergure, l’Opération Grand Site, afin de conserver, restaurer, valoriser ce patrimoine exceptionnel (au total, 24 communes sont concernées pour une superficie de 49 000 Ha). Conches, canaux, alignements de frênes, prairies, ports, cales, mais aussi itinéraires cyclables, centres bourgs et parkings ont fait l’objet de mesures spécifiques dédiées notamment à une mise en valeur éco-touristique.

Cette démarche aboutit en mai 2010 à la reconnaissance en tant que Grand Site de France et rejoint ainsi le cercle prestigieux des territoires comme la Montagne Sainte Victoire, le Pont du Gard, …

L’engagement des Régions pour la reconquête du label

Les Régions Poitou-Charentes et Pays de Loire ont fortement investi sur ce territoire depuis 2004 avec des actions concrètes, telles que :

  • –  la restauration en prairies de 2000 hectares ainsi rendus à l’élevage,
  • –  la création de 350 ponts,
  • –  la réhabilitation de 8000 kms de canaux,
  • –  la restauration du patrimoine bâti,
  • –  la création de 75 parcs de contention pour les animaux,
  • –  l’installation de 350 kms de clôtures,
  • –  la restauration de friches industrielles pour leur redonner une nouvelle vocation économique comme l’ouverture de la biscuiterie-chocolaterie dans l’ancienne laiterie de Coulon,
  • –  le développement du potentiel touristique (14 embarcadères, 800km de pistes cyclables),
  • –  la labellisation du marais poitevin comme destination touristique européenne d’excellence.Les Régions ont soutenu le plan gouvernemental pour le Marais poitevin, adopté en mars 2002.
  • Ce plan, qui portait sur 10 ans, a été soutenu par les 5 collectivités partenaires, qui se sont engagées à le co-financer. Une organisation ad hoc a été mise en place, avec la nomination du préfet de la région Poitou-Charentes comme préfet coordonnateur pour sa mise en œuvre.La création, en 2011, de l’Établissement Public du Marais poitevin, établissement public administratif dont un des rôles est de coordonner la gestion de l’eau et de la biodiversité, celles-ci devant être irréprochables et exemplaires, permet d’articuler à la fois l’action des collectivités et de l’Etat avec celle des acteurs du territoire, y compris les usagers économiques et les associations environnementales.La mobilisation de tous les acteurs a ainsi permis la préservation et la reconquête du Marais, mais aussi une revitalisation économique avec notamment une augmentation de 25% de la fréquentation touristique.

La procédure de reconquête du label de Parc Naturel Régional du Marais poitevin participe de cette action de réhabilitation de cet espace exceptionnel. Un projet de convention entre le PNR et l’EPMP afin de renforcer leurs interactions attendait ainsi la reconquête du label. Cette labellisation est la reconnaissance du travail fait depuis 10 ans et est un excellent encouragement à poursuivre nos efforts pour l’excellence environnementale et économique de ce territoire et pour la préservation de la biodiversité remarquable des différents milieux de ce territoire, aux côtés de tous les acteurs du Marais.

« Ce label n’est pas une fin en soi, disait Ségolène Royal en 2013 lors de sa venue dans le marais, c’est un souffle pour l’ensemble du marais, du cœur de la Venise Verte jusqu’à l’océan ; c’est un élan pour tous ceux qui défendent le marais. (…) Il faut cultiver la diversité des territoires. Il faut recréer de la valeur ajoutée localement, par le soutien aux filières courtes et de qualité. Cela générera des emplois et du lien social et participera activement à la préservation de l’environnement. Il faut faire revivre les campagnes ! »

 

Capture d’écran 2014-06-16 à 22.19.15

Crédits : Région Poitou-Charentes / F. Roch ; Inventaire

 

La labellisation du Marais poitevin en Parc Naturel Régional

La procédure de labellisation a été enclenchée en octobre 2002 par les Régions Poitou-Charentes et Pays de la Loire. Une première charte a été élaborée de 2004 à 2006 et a été approuvée par 2/3 des collectivités locales. Néanmoins, jugeant le consensus insuffisant, le ministre de l’écologie, Jean-Louis Borloo, n’a pas donné de suite favorable au dossier.

La démarche a été réenclenchée en janvier 2013 à l’invitation du Premier Ministre, Jean-Marc Ayrault.
En juin 2013, une enquête publique a alors été diligentée sur la base d’un projet de charte ajusté par rapport à la version de 2006, pour prendre en compte l’évolution du droit d’une part, et converger avec les attentes de l’ensemble des collectivités d’autre part. La commission d’enquête a conclu à un avis favorable.

De novembre 2013 à février 2014, 93 communes, sur 95 saisies, ont approuvé le projet, ainsi que 14 Etablissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI) et les 3 Conseils Généraux des Deux-Sèvres, de Charente-Maritime et de Vendée.

Les Régions Poitou-Charentes et Pays de la Loire ont finalement approuvé le projet de charte de Parc naturel régional en février 2014, avant qu’il ne soit transmis pour instruction finale au ministère de l’écologie.

C’est dans cette phase ultime que le Conseil National de Protection de la Nature et la Fédération des Parc
Naturels Régionaux de France ont respectivement émis un avis final favorable à la labellisation du Marais poitevin pour une durée de 12 ans.

Toutes les étapes de la procédure ainsi franchies, la démarche de reconquête du label Parc naturel régional du Marais poitevin se conclut par une décision favorable de Ségolène Royal, Ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie.

Parcs Naturels Régionaux : enjeux et atouts

Le classement du Marais poitevin en tant que Parc Naturel Régional positionne cet espace naturel au rang de territoire à dominante rurale dont les paysages, les milieux naturels et le patrimoine culturel sont de grande qualité, mais dont l’équilibre est fragile.
Le développement durable est donc largement pris en considération à travers la protection et la valorisation du patrimoine naturel (espèces, habitat, milieux, sites d’intérêt naturel), et culturel (traditions, savoir-faire…).

Les PNR s’inscrivent dans le développement durable, autour de 5 missions définies par décret :

  • −  la protection et la gestion du patrimoine naturel et culturel (gestion adaptée des milieux, maintien de la biodiversité) ?
  • −  l’aménagement du territoire (définition et orientation des projets d’aménagement) ?
  • −  le développement économique et social (coordination des actions pour assurer une qualitéde vie sur le territoire, promotion touristique, soutien à l’agriculture durable) ?
  • −  l’accueil, l’éducation et l’information du public (expositions, activités éducatives, dedécouverte et de loisirs, sorties naturalistes…),
  • −  l’expérimentation et la recherche.Source : Fédération des PNRAvec cette inscription, le Marais devient le 49ème PNR en France.

La décision de classement d’un territoire en « parc naturel régional » est fondée sur l’ensemble des critères suivants :

●La qualité et le caractère du territoire, de son patrimoine naturel et culturel, ainsi que de ses paysages représentant pour la ou les régions concernées un ensemble remarquable mais fragile et menacé, et comportant un intérêt reconnu au niveau national.

●La cohérence et la pertinence des limites du territoire au regard de ce patrimoine et de ces paysages en tenant compte des éléments pouvant déprécier leur qualité et leur valeur ainsi que des dispositifs de protection et de mise en valeur existants ou projetés.

●La qualité du projet de charte, notamment de son projet de développement fondé sur la protection et la mise en valeur du patrimoine et des paysages.

●La détermination des collectivités et des établissements publics de coopération intercommunale à fiscalité propre dont l’engagement est essentiel pour mener à bien le projet.

●La capacité de l’organisme chargé de l’aménagement et de la gestion du parc naturel régional à conduire le projet de façon cohérente.

Données complémentaires sur le Marais poitevin

Le Marais poitevin représente, par sa superficie, la deuxième zone humide française après la Camargue et le premier des marais littoraux de l’Ouest. C’est dire son importance à l’échelle de l’Europe atlantique.

Son territoire s’étend sur 60 kilomètres d’Ouest en Est (de la Baie de l’Aiguillon à Niort), et sur 30 kilomètres du Nord au Sud (de la plaine de Vendée aux coteaux calcaires de l’Aunis). Il est situé aux confins de trois Départements : Vendée, Charente-Maritime et Deux-Sèvres et de deux Régions : Pays-de-la-Loire et Poitou- Charentes.

L’espace correspondant à la zone humide proprement dit est très peuplé : près de 100.000 habitants y vivent (sans compter Niort). Entouré par quatre agglomérations – Niort, La Rochelle, Fontenay-le-Comte et Luçon – le territoire rural du Marais est de plus en plus marqué par cette proximité et par les phénomènes de péri-urbanisation autour des villes de Niort et de La Rochelle.

Le Marais poitevin constitue un ensemble d’une grande richesse écologique, à la fois par la diversité des milieux qui le composent et surtout par ses spécificités de « zone humide ».

Les zones humides en France sont relativement rares par rapport aux autres milieux (moins de 5% du territoire national) et présentent un intérêt patrimonial, paysager et écologique.

Au cœur du Marais poitevin, les Marais desséchés constituent la partie la plus vaste. Ils ont été les premiers espaces aménagés et sont ceinturés par des digues qui les protègent du retour de l’océan et des eaux de crue du bassin versant. Les Marais desséchés offrent l’aspect de larges étendues ouvertes où les arbres sont rares. Seuls des écrans de roseaux ou d’arbustes (tamaris) bordant les fossés viennent rompre la régularité du paysage.

Les Marais mouillés présentent un paysage tout à fait différent et plus attractif pour le visiteur que celui des Marais desséchés. Ces espaces correspondent aux lits majeurs inondables de la Vendée, de la Sèvre, du Lay et du Curé, auxquels vient s’ajouter un réseau complexe de conches, fossés et rigoles destinés à recueillir l’eau et à l’acheminer jusqu’à la mer.

Concernant le paysage, on distingue plusieurs ensembles :

 le Marais bocager parcouru par un important réseau de fossés et de canaux bordés de plantations d’arbres,

les terrées, plantations denses de frênes taillés en têtard, associées à un réseau hydraulique très dense,

 les Marais communaux, vastes prairies où le pâturage est resté libre et collectif.

Symbole du Marais mouillé, le frêne têtard, auquel l’émondage donne sa forme si particulière, participe au triptyque emblématique « prairies – frênes – fossés ».

D’un point de vue touristique, le Marais poitevin accueille environ 850 000 visiteurs par an.

 

EN SAVOIR PLUS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s