JARDINS DU MONDE

Cossé-le-Vivien : Tatin en son jardin et son musée

18_porte_de_la_lune__019504800_1557_01082009

crédit photo : © Musée Robert Tatin 2007

 

En 1962, Robert Tatin achète, avec son épouse Lise, une petite maison ancienne au lieu dit La Frénouse sur la commune de Cossé-le-Vivien en Mayenne. Il imagine sa « Maison des Champs », une oeuvre monumentale ancrée dans la nature, qui se ferait le carrefour de toutes les civilisations à travers la création d’un langage universel, « un pont entre l’Orient et l’Occident ». Rapidement, les premières sculptures de ciment armé peint apparaissent dans ce qu’il appelle « Le Jardin des Méditations » qui constitue le coeur du musée. En 1967, le chemin communal qui mène à son espace de vie et de création se voit doté du premier des 20 « Géants » qui le bordent aujourd’hui. C’est le début de vingt et un ans de création, sculpturale, architecturale et picturale, en compagnie de Lise qui participe activement à la construction du musée. Robert Tatin décède en 1983. Depuis cette date, et hormis les campagnes de restauration qui se succèdent, cette oeuvre est restée la même…

Les dix-neuf statues (la vingtième « La Fleur » ayant été endommagée et retirée par Robert Tatin en 1978) qui accompagnent les visiteurs ouvrent la perspective jusqu’au coeur du musée. Ces premiers géants de ciment coloré sont des repères marquants dans la vie de Robert TATIN et nous plongent dans l’aventure humaine des premiers temps de l’Histoire, avec Vercingétorix, jusqu’aux héros légendaires dépassant les limites terrestres imaginés par Jules Verne. De nombreux artistes y sont également représentés, non seulement pour leur engagement déterminant dans l’Histoire de l’art, mais également comme les représentants de l’extraordinaire génie des hommes toujours en quête d’un idéal de perfection.

 

 

plan_legende__042437400_1701_23022010

Robert Tatin a inscrit son oeuvre au coeur de la généreuse nature du bocage mayennais. Cette quête d’harmonie entre l’expression artistique et la nature exubérante de vie demeure primordiale pour lui.

Les espaces qui accompagnent l’oeuvre n’ont jamais cessé d’évoluer. Les principaux aménagements autour de l’oeuvre ont été réalisés à partir de 1997 avec la volonté de valoriser et de préserver l’identité de l’oeuvre ainsi que la volonté de l’artiste.

 

dragonnoirblanc__021601500_1635_09022012

crédit photo : © Musée Robert Tatin 2007

 

 

LE SITE INCONTOURNABLE POUR SE RENDRE À COSSÉ LE VIVIEN

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s