ESPACE

IRIS perce une partie des mystères du soleil

SCIENCES ET AVENIR

par Joel Ignasse

IRIS. L’Interface Region Imaging Spectrographou IRIS est un télescope spatial de la Nasa, lancé en Juin 2013, pour scruter les niveaux les plus bas de l’atmosphère du soleil, la chromosphère, avec une résolution inégalée en ultraviolet proche et lointain. Un an après, les premières données issues d’IRIS permettent de mieux comprendre sa dynamique.

Des transferts d’énergie massifs

L’atmosphère du Soleil a trois couches principales. Celle du milieu, entre la surface du Soleil et sa couronne externe très chaude, s’appelle la chromosphère. Bien qu’elle ait une épaisseur d’environ 2000 kilomètres, elle n’est pas visible depuis la Terre. C’est la raison pour laquelle les scientifiques n’ont pu déterminer jusqu’à présent comment les quantités massives d’énergie caractéristiques du Soleil sont transportées de son cœur vers l’héliosphère, la région de l’espace qui entoure le Soleil.

Le télescope spatial IRIS. LMSAL, NASA.

En utilisant l’imagerie et la spectrométrie, le télescope IRIS décèle les différences de températures au sein de la chromosphère ainsi que la vitesse, la densité et la turbulence des particules de gaz ionisées qui la parcourent. Dans une série de cinq études publiées dans la revue Science, les chercheurs discutent des premiers résultats obtenus avec IRIS. ”Ils permettent de révéler une région du soleil plus compliquée qu’on ne le pensait” résume Jeff Newmark, directeur de la division d’héliophysique au siège de la NASA à Washington.

TORNADES. Au sein de la chromosphère, dans les régions les plus actives, les astronomes ont identifié des sortes de mini-tornades se déplaçant à environ 20 Km par seconde. Ces tornades fournissent un mécanisme de transfert d’énergie qui alimente la couronne solaire.

Capture d’écran 2014-10-20 à 17.18.43

Une gigantesque éruption solaire filmée par IRIS. 

D’autres données indiquent la présence de grands mouvements de torsion dans la chromosphère et de courtes boucles magnétiques dont l’existence faisait débat depuis de nombreuses années. Enfin, les spécialistes ont découvert des nano-éruptions qui prennent aussi leur source dans la chromosphère et qui sont à l’origine des éruptions solaires dans la couronne, ces phénomènes qui projettent des particules solaires à grande vitesse dans l’espace.

SCIENCES ET AVENIR

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s