COUPS DE GUEULE

Kenya : le parc national de Nairobi au bord de l’asphyxie

LE MONDE

par Audrey Garric (Nairobi (Kenya), envoyée spéciale)

Capture d’écran 2015-02-08 à 20.12.19

Sous la chape de pollution, le soleil est encore plus écrasant. De ses jumelles, Patricia Heather-Hayes, dite « Trish », scrute une lionne assoupie sous un acacia du parc national de Nairobi, au Kenya. La sexagénaire dynamique connaît chaque fauve par son nom : « C’est Athi. Elle a trois petits. » Plus loin, elle suit la progression des girafes, des antilopes et des zèbres qui s’élancent à travers la savane, avec des gratte-ciel pour horizon. Mais ce que cette juriste, membre d’un cabinet d’avocats, voit également à chaque fois qu’elle arpente le parc, ce sont les sacs en plastique, les bouteilles et autres emballages alimentaires accrochés aux buissons ou abandonnés le long de la route. Car cette réserve naturelle protégée de 117 km2, la seule au monde qui abrite des animaux sauvages au sein d’une capitale, est menacée par la croissance de la ville, l’une des plus dynamiques d’Afrique.
« On trouve de plus en plus de déchets, portés par le vent depuis les habitations aux alentours ou jetés par les touristes, s’agace-t-elle. Il y a peu, j’ai vu un serpent mourir, coincé dans une canette de soda et incapable d’en ressortir. » Avec les membres de l’association des amis du parc (Fonnap), dont elle est la vice-présidente, elle mène une fois par mois une vaste opération de nettoyage bénévole. Armée de patience et d’une longue pince à barbecue – qui lui évite de sortir du véhicule –, Trish manœuvre sa Jeep de manière à esquiver les ornières mais à ne rater aucun détritus. Bilan de la collecte du jour : cinq gros sachets de 50 litres pleins à craquer.

Capture d’écran 2015-02-08 à 20.11.22

Capture d’écran 2015-02-08 à 20.09.20

Des habitations plus ou moins sauvages

Le parc national de Nairobi, créé en 1946 par les colons britanniques, et le plus ancien du Kenya, accueille 120 000 visiteurs par an. On s’y presse pour admirer quatre des « Big Five », les cinq mammifères stars de la savane africaine : le lion, le léopard, le rhinocéros et le buffle. « Il nous manque l’éléphant car le parc est trop petit et ne contient pas assez de forêts », explique Hudson Okum, guide du Kenya Wildlife Service (KWS), l’organisme d’Etat qui gère les parcs nationaux. Au total, la réserve compte 80 espèces de mammifères – dont 39 lions et 90 rhinocéros – 450 d’oiseaux, 40 d’amphibiens et de reptiles et 500 d’arbres.

Située à la frontière méridionale de Nairobi, la réserve est clôturée au nord, à l’ouest et à l’est, mais ouverte au sud sur la plaine de l’Athi-Kapiti, une vaste zone semi-aride de 2 200 km2, de sorte que les animaux peuvent aller et venir. « En période sèche, ils viennent s’abreuver au sein du parc, dans les barrages de retenue construits par l’homme, puis se dispersent dans les plaines du sud à la saison des pluies », précise le jeune guide.
Ces migrations annuelles sont aujourd’hui menacées par la pression croissante de la ville et de ses 3 millions d’habitants, alors que surgissent de toutes parts des infrastructures, des usines, sans parler des habitations plus ou moins sauvages. « Dans les années 1990, on pouvait voir jusqu’à dix mille gnous rejoindre le parc ; aujourd’hui, on les compte seulement en centaines, révèle Muraya Githinji, directeur adjoint du parc. Les herbivores sont moins nombreux car ils ont moins de place et certaines de leurs routes migratoires ont été coupées. »

Au nord-ouest du parc, un projet de rocade de 30 km de long, le Southern Bypass, a été lancé en 2012 par l’ancien président kényan Mwai Kibaki, avec l’aide de la Chine, pour désengorger la capitale saturée de voitures et de poids lourds. « A l’origine, une partie de la voie rapide devait passer par un couloir qui longe l’extérieur du parc. Mais cet espace a été découpé et vendu à des promoteurs immobiliers dans des conditions douteuses, explique Paula Kahumbu, directrice de l’ONG Wildlife Direct. Pour ne pas démolir ces résidences illégales, le gouvernement a alors voulu passer à l’intérieur du parc. Or, seul le Parlement peut décider de modifier les frontières de la réserve. »

Aux côtés de deux ONG, cette militante environnementale a porté l’affaire devant les tribunaux en mai 2013, et a obtenu une suspension des travaux sur le tronçon contesté. En attendant un nouveau plan gouvernemental, le chantier se poursuit sur le reste de la rocade, sous l’œil inquiet des ONG. Des grues manœuvrent devant d’immenses tas de gravas, tandis que des centaines de camions parcourent, dans des nuages de poussière, le chemin de terre qui longe la réserve.

LIRE LA SUITE

En savoir plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s