GEOGRAPHIE HUMAINE

Yémen : 200 jours de guerre

GLOBAL VOICES

Air strike in Sana, November 5, 2015. Photo by Ibrahem Qasim. CC 2.0.

Les médias grand public ne couvrant pas l’évènement, peu de gens sont au courant que le Yémen est en guerre depuis près de 7 mois. Plus précisément, cela fait 200 jours qu’ une coalition menée par l’Arabie Saoudite a entrepris une attaque aérienne sur le Yémen, le 26 mars 2015, en vue de repousser l’avancée des  Houthis (groupement affilié à la secte Zaidi de l’Islam Chiite), et d’imposer un blocage naval sur les principaux ports. De nombreux yéménites ne sont cependant pas d’accord sur la date de début de la guerre. Pour certains la guerre a commencé le 21 septembre 2014, quand les Houthis se sont emparés de la capitale Sanaa.

Le dernier rapport sur la situation humanitaire du Bureau des Affaires Humanitaires des Nations Unies (UNOCHA), du 29 septembre 2015, fait état de centaines d’infrastructures et habitations civiles, dont des hôpitaux et des écoles, détruites par des explosifs, et précise que de nombreux civils ont dû fuir leurs domiciles depuis le début du conflit. Les chiffres suivants ont été relevés au cours des derniers mois de guerre:

5.248 morts
26.191 blessés
1,4 millions de personnes déplacées
21,1 millions de personnes touchées
11,7 millions de personnes visées

Le rapport précise que le nombre de civils tués et blessés au Yémen par des engins explosifs au cours des 7 premiers mois de 2015 est le plus important au monde. La majorité de ces tués et blessés se situe dans des zones de forte densité.

In Yemen 95% of deaths are due to use of explosive weapons in residential areas

Outre l’impressionnant nombre de civils tués au Yémen au cours des 7 derniers mois, les infrastructure ont aussi été touchées.

Le Haut Commissariat aux Droits de l’Homme (OHCHR) rapporte:

310 infrastructures civiles ont été partiellement ou totalement détruites lors d’attaques aériennes de la coalition et de combats au sol dans tout le Yémen, dont 160 habitations privées et 150 établissements publics. 53 établissements de santé ont été endommagés ou touchés. 96 écoles ont été endommagées, et 67 ont été utilisées par des groupes armés dans 18 gouvernorats concernés. Au moins 15 sites patrimoniaux, dont les sites classés au Patrimoine Mondial de l’UNESCO de la vieille ville de Sanaa et le Château Seera d’Aden, ont été endommagés par le conflit armé.

Ces sites ont été endommagés par les attaques aériennes de la coalition, mais également par des attaques à la roquette, des tirs d’artillerie et des combats au sol de la part des Houthis. Certains sites ont également servi de bases militaires aux Houthis et aux unités militaires fidèles à l’ancien Président Yéménite Ali Abdullah Saleh, qui se bat à leurs côtés.

Pour satisfaire les besoins essentiels de la population en nourriture et en carburant, le Yémen dépend des importations. Plus de 90% de la nourriture provient des importations. La guerre et le blocus naval imposé par la coalition ont aggravé une situation humanitaire déjà désastreuse et créé une pénurie de nourriture, de carburant et de médicaments. D’autre part, l‘organisation de Défense des Droits Humains Muwatana (Mwatana) rapporte  que les Houthis ont assiégé la ville de Taiz, comme ils l’avaient fait pour Aden, et empêché l’eau potable et les médicaments de parvenir dans la ville. La crise humanitaire s’aggrave de jour en jour avec la guerre, et on estime que 21 millions de Yéménites –80% de la population– relèvent de l’aide humanitaire.

Amnesty International, Human Rights Watch, et le Haut Commissariat aux Droits de l’Homme des Nations Unies rapportent que les deux parties du conflit (la coalition menée par l’Arabie Saoudite et les Houthis soutenus par Saleh) ont violé les lois humanitaires internationales ainsi que les lois internationales des droits humains.

Lors de la 30ème session du Conseil pour les Droits de l’Homme, les Pays-Bas ont présenté un projet de résolution aux Nations Unies pour demander à l’OHCHR d’envoyer une mission pour enquêter sur la situation des droits humains au Yémen, et tenter d’établir les faits et circonstances sur les violations du droit international humanitaire et du droit relatif aux droits humains. L’Arabie saoudite a bloqué la proposition et présenté sa propre résolution, qui ne prévoit pas la création d’un mécanisme international chargé d’enquêter sur les violations perpétrées par toutes les parties belligérantes.

Aussi stupéfiantes que soient les statistiques de cette guerre, il y a aussi, bien sûr, des tragédies personnelles –des histoires de pertes et des souffrances dont on ne parle pas. La guerre au Yémen tue, détruit des foyers, et de plus, elle met en pièces tout le tissu social du pays.

 

 

LIRE LA SUITE

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s