CLIMAT

Climat : les Alpes fondent

LE TEMPS

par Xavier Lambiel

 

Les habitants des Alpes sont parmi les premiers concernés par le réchauffement climatique. Alors que va s’ouvrir la COP21, Le Temps a réalisé un inventaire non exhaustif des phénomènes qui touchent le Valais.

Les Alpes fondent. Dans les médias, le négociateur en chef de la Suisse à la conférence sur le climat de Paris, Franz Perrez, aime rappeler que «si le climat se réchauffe de 2 degrés sur la planète, la température augmente de 4 degrés dans le pays». C’est au col du Grand-Saint-Bernard que les données les plus fiables ont été récoltées sur plus d’un siècle. Depuis qu’on la mesure systématiquement, la température a augmenté de 1,92 degré en automne, et de 1,77 degré en hiver.

Le recul des glaciers et le réchauffement du permafrost augmentent la fréquence et l’importance des éboulements et des laves torrentielles. La faune et la flore sont en danger: les espèces alpines cèdent du terrain aux espèces méridionales. Mais le réchauffement climatique a aussi des conséquences économiques. Les stations de ski intensifient l’enneigement artificiel pour garantir l’enneigement des pistes et l’hydroélectricité devra s’accommoder d’une baisse de la production.


 1  Les Alpes fondent 
et s’écroulent

Le cratère de Ferpècle

add

Photo: cratère de Ferpècle – Olivier Maire

Le paysage lunaire du fond du val d’Hérens porte les blessures de la canicule estivale. Début septembre, un cratère d’une quinzaine de mètres de profondeur est apparu sur la langue du glacier de Ferpècle, qui recule de plus de dix mètres chaque année. Alors que l’été battait des records de chaleur, les eaux qui coulent sous le glacier ont grossi au point de former des torrents qui ont érodé la glace, provoquant d’abord des crevasses concentriques, puis un effondrement de la cavité. Le trou est profond d’une quinzaine de mètres. Pour le chef de la section des dangers naturels en Valais, Pascal Stoebener, qui n’avait jamais vu ça, «l’été a été catastrophique pour les glaciers».

La lente agonie
 des glaciers alpins

En Suisse, on mesure le recul des glaciers depuis 1880. Le plus grand des Alpes, celui d’Aletsch, se recroqueville de presque 40 mètres chaque année depuis 10 ans. Il y a un siècle, il ne reculait que d’une dizaine de mètres par année. Pour le glaciologue Martin Funk, de l’Ecole polytechnique de Zurich, «les scénarios raisonnables estiment que 90% des volumes de glace alpins auront disparu à la fin du siècle». Selon lui, la conférence sur le climat de Paris n’y changera rien, parce que «les glaciers s’adaptent aujourd’hui aux changements climatiques des trois dernières décennies».


La montagne tremble à Evolène

Au matin du 19 Octobre dernier, le bruit raisonne dans toute la vallée. 2000 m3 de pierre se détachent du rocher du Mel de la Niva et dévalent un kilomètre de pente. Pour le géologue cantonal Raphaël Mayoraz, les changements climatiques n’expliquent pas tout : «L’érosion naturelle a fragilisé la partie inférieure du rocher». Quelques jours plus tard, 80 000 m3 se détachent de la Grande Dent de Veisivi. Pour le géomorphologue de l’université de Lausanne Christophe Lambiel, «il s’agit probablement d’une réponse à la canicule du mois de juillet». Il aura fallu plus d’un mois pour que la chaleur se propage en profondeur et fragilise la paroi. Depuis 1980, la glace perpétuellement gelée qui cimente les rochers s’est réchauffée jusqu’à des profondeurs d’une trentaine de mètres. Au-dessus de 2500m, les éboulements sont de plus en plus fréquents et importants.


A Randa, la grande peur dans la montagne

Le Grabengufer surplombe le village de Randa. Il se déplace de plus en plus vite, et plus rapidement que les autres parce que la zone est particulièrement abrupte. Avec le réchauffement du permafrost, «la vitesse des glaciers a doublé entre 1980 et l’an 2000» selon le géomorphologue Reynald Delaloye. Dans la vallée de Zermatt, la limite de ce sol gelé toute l’année remonte progressivement, libérant des roches dans les torrents glaciaires. Alors les laves torrentielles sont de plus en plus fréquentes. En juin 2013, ces coulées de boue et de pierres étaient quotidiennes.

L’imprévisible explosion de Münster

En 2008, les laves torrentielles ont traversé Münster et sa principale route d’accès, causant des dégâts matériels. Pour le chef de la section des dangers naturels Pascal Stoebener, «le phénomène était presque impossible à prévoir». Un lac souterrain s’était formé sous le Minstigergletscher qui surplombe le village. La pression de cette poche d’eau a fait exploser la glace, libérant un torrent de boue et de roches.


 2  La faune et la flore alpines sont en danger

L’inexorable ascension 
du pissenlit

add

Photo: Pissenlit Alpin (Taraxacum alpinum) à Grächen – Pascal Vittoz, biologiste à l’université de Lausanne.

Le pissenlit alpin est injustement sous-estimé. Grâce à ses petits parachutes, il s’est montré le plus rapide à s’installer parmi les pierres, à plus de 3200 m d’altitude. La progression de la petite fleur jaune n’est pas anodine. Elle préfigure la remontée d’une végétation de plus en plus diversifiée qui profite de la diminution des durées d’enneigement pour coloniser de nouveaux sommets. Ces dernières années, le biologiste de l’Université de Lausanne Pascal Vittoz a répertorié 87% de nouvelles espèces dans 37 lieux situés au-dessus de 2800 m. Si la limite de la forêt est remontée à 2300 m, les arbres de plaine, par contre, sont en danger. Les différents modèles prédisent un climat trop sec en été pour les arbres indigènes et trop froid en hiver pour les espèces méditerranéennes. Des pelouses steppiques pourraient alors remplacer certaines forêts.

Le lagopède alpin, 
l’ours blanc des Valaisans

Pour fuir la chaleur, la perdrix des neiges semble se réfugier toujours plus haut. Sa population se réduit dans les Préalpes. Sur les hauts de Fully, le lagopède alpin est encore observé sur les contreforts nord du Grand Chavalard, et de plus en plus souvent sur le sommet. Pour Raphaël Arlettaz, professeur de biologie à l’université de Berne, «il pourrait s’agir d’une réponse de l’espèce au réchauffement climatique». Dans la plaine du Valais central, le hibou petit duc est plus fréquent qu’il y a trente ans. Les températures plus douces favoriseraient la population des grandes sauterelles dont le rapace se nourrit principalement. Selon le biologiste, «les Alpes vont perdre plusieurs espèces boréo-alpines, strictement inféodées à la haute montagne, alors que quelques espèce méridionales profiteront de l’augmentation des températures».


 

 3  Les changements climatiques pèsent 
sur l’économie

LIRE LA SUITE

 

RTS4K1I

Lire aussi:

L’été où les Alpes ont fondu

Le Mont-Blanc a de plus en plus de mal à se tenir debout 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s