GEOGRAPHIE HUMAINE

Ethiopie : Le fédéralisme ethnolinguistique, un modèle ?

SENAT

par Louis DUVERNOIS (LR), Sénateur des Français établis hors de France, Président du groupe interparlementaire d’amitié France-Pays de la Corne de l’Afrique ; Jean-Marie BOCKEL (UDI-UC), Sénateur du Haut-Rhin, Président délégué du groupe interparlementaire d’amitié pour Djibouti  et M. Pierre-Yves COLLOMBAT (RDSE)

La Marianne éthiopienne de l’Ambassade de France à Addis-Abeba (Patrick Singh)

Avec une population estimée à 93 millions d’habitants, l’Éthiopie, deuxième plus grand pays d’Afrique, couvre une superficie totale de 1,1 million de kilomètres carrés. Pays plurilingue et pluriethnique, l’Éthiopie abrite une variété complexe de nations, de nationalités et de peuples, caractérisée par une diversité de groupes linguistiques, de coutumes et de cultures.

La solution fédérale retenue trouve son inspiration, non pas dans l’exemple des fédérations ou confédérations occidentales de type suisse ou états-unien, mais dans le corpus idéologique de la Russie communiste des premières années de la révolution de 1917 et des débats sur la représentation des nationalités. Elle crée aussi un modèle nouveau qui se développe sur la constatation de l’échec des modèles étatiques centralisateurs mis en place par la colonisation sur les ruines des États pré-coloniaux considérés comme étant naturellement multinationaux. Elle entend ainsi poursuivre deux objectifs : être à la fois le cadre d’expression des citoyens et celui de la diversité sociologique et ethnique des « nations ».

La mission du groupe tendait à comprendre comment, dans les faits, s’appliquait cette construction théorique, tiraillée entre une centralisation et une concentration des pouvoirs et la mise en oeuvre des droits des États fédérés qui prévoient leur autonomie et permettent leur sécession.

Les gouvernements successifs de l’Éthiopie depuis le début du XXe siècle s’efforcent de trouver la formule institutionnelle permettant à la fois la construction, la reconnaissance et la pérennité d’un État et d’une identité nationale, ainsi que la cohabitation aussi harmonieuse que possible de cette mosaïque de peuples.

Les évènements tragiques qui se déroulent en Oromia depuis le mois de novembre 2015, du fait de la contestation récurrente par la population oromo du plan d’expansion de la ville d’Addis-Abeba, viennent dramatiquement rappeler la persistance des tensions économiques et culturelles qui couvent au sein de la fédération éthiopienne.

Entre volonté centrifuge et forces centripètes, le fédéralisme ethnolinguistique apporte-t-il une réponse satisfaisante et pérenne ?

Lire le rapport

ga1324

Conclusion

Vingt-cinq ans après le renversement de la dictature du DERG, le principal mérite du fédéralisme ethnolinguistique éthiopien a été de mettre fin à 15 ans de guerre civile qui avait ensanglanté le pays et rendu impossible tout développement de l’un des États les plus pauvres du monde. Même si le pays est encore classé au rang des PMA, la politique de l’État central a permis d’atteindre une croissance du PIB proche de 10 % par an.

Certes, le pays demeure traversé par certaines tensions : persistance de dissensions irrédentistes (ONLF dans l’Ogaden ; Front de Libération Oromo ; Front Uni Révolutionnaire Démocratique Afar), mécontentement des plus pauvres, notamment en zone rurale, tensions sporadiques avec la communauté musulmane, manque d’ouverture de l’espace politique, mais, globalement parlant, l’unité dans la diversité -après le divorce d’avec l’Érythrée- a réussi à être maintenue.

Le fédéralisme linguistique, s’il n’a pas éliminé les risques de conflits inter-ethniques, a permis de trouver le « liant » permettant à cet ensemble disparate, issu des conquêtes de Ménélik II, de tenir bon et de cheminer, pas à pas, vers la constitution d’un ensemble.

ethiopie-photo

Crédit : Géo

Soupçonné de « diviser pour régner », le régime fédéral a finalement « réuni pour gouverner ». L’Éthiopie est l’un des pays majeurs de l’Afrique. Elle est l’un des seuls pays de cette importance qui soit un pôle de stabilité dans un ensemble où les ferments de désagrégation, une instabilité chronique, voire un chaos semblent l’emporter. La France, l’Europe mais aussi l’Afrique et le monde ont de forts intérêts à ce que ce pôle de stabilité perdure. Or, l’expérience fédérale éthiopienne est l’une des clés majeures de cette stabilité d’abord intérieure (vivre ensemble, partager des ressources et un devenir communs), mais aussi extérieure.

Face à certaines crispations, on pourrait souhaiter que la période de transition que traverse l’Éthiopie soit courte. Cette impatience doit vraisemblablement être tempérée par la connaissance des défis considérables, mais aussi des remarquables succès, auxquels est confronté le Gouvernement éthiopien.

« Force est de constater que l’EPRDF s’est bien révélé être le parti de l’unité éthiopienne et non le liquidateur de l’empire […]. C’est bien une guérilla de culture marxiste qui, après avoir redécouvert les comportements politiques de ses anciens « rois des rois », s’est fixé le devoir de mener l’Éthiopie sur la voie du libéralisme, de la modernité et, peut-être de la démocratie ».

La « réussite » de l’ethno-fédéralisme tient aussi à ce qu’il a rétabli des corps intermédiaires, des pouvoirs locaux, qui, traditionnellement, s’interposaient entre le pouvoir central, de droit divin, et les populations. Avec Marc Fontrier, on peut donc affirmer que « l’ethno-fédéralisme est le retour à un état ancien ».

Enfin, les facteurs d’homogénéisation (l’urbanisation, l’éducation, l’ouverture par l’économie, la mobilité professionnelle, les déplacements des populations quelle qu’en soit la cause -volontaire ou involontaire-, l’exode rural, et, aussi, les unions mixtes), « Nations, nationalités et peuples » sont des facteurs qui ont développé et développeront encore « une identité éthiopienne qui surpasse l’ethnicité ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s