ESPACE

Les vents du Soleil

SCIENCES ET AVENIR

par Joël Ignares

L’origine du vent solaire lent est à chercher dans les nombreuses reconnexions magnétiques qui se produisent à la surface du Soleil.

vent solaire

Représentation du vent solaire baignant la Terre. NASA/Goddard

Ne dites pas LE vent solaire, mais LES vents solaires. Il existe en effet deux types de vents solaires qui se différencient par la nature et la vitesse des particules, protons et électrons, projetées par le Soleil dans l’espace. Il y a d’abord le vent dit « rapide », avec des vitesses particulaires dépassant les 700 km/s. Sa source est bien connue : il s’agit des trous coronaux qui se forment aux pôles de l’étoile. Mais il existe un autre vent solaire « lent » au sein duquel les particules se déplacent presque deux fois moins vite (350-400 km/s). Son origine est encore mystérieuse mais de nouveaux travaux réalisés par une équipe du Goddard Space Flight Center de la NASA et publiés dans la revue Geophysical Research Letters apportent un début de réponse. « La composition et la charge du vent solaire lent sont très différentes de celles du vent solaire rapide. Ces différences impliquent qu’ils proviennent d’endroits distincts de notre étoile », explique Nicholeen Viall, spécialiste en physique solaire au Centre Goddard.

 

Pour étudier la composition du vent solaire, les scientifiques ont eu recours à un très vieil engin (du moins pour l’exploration spatiale), le satellite ACE, pour Advanced Composition Explorer, lancé en 1997. Il a été conçu pour étudier la composition de différents flux spatiaux comme le rayonnement cosmique et le vent solaire. « Sans les données d’ACE nous n’aurions pas été en mesure de faire cette recherche. Il n’y a pas d’instruments qui nous donne l’information dont nous avons besoin à l’intervalle de temps nécessaire », précise Larry Kepko un des co-auteurs de l’étude. L’équipe a étudié le vent solaire durant plusieurs heures et découvert une structure répétitive de 90 minutes durant laquelle le vent solaire lent varie en charge et en densité en gardant une vitesse constante. « Ce processus ne peut être engendré que par une reconnexion magnétique au niveau du Soleil », reprend Larry Kepko. Ce phénomène se produit quand les puissantes lignes du champ magnétique solaire se croisent et s’annihilent pour se reformer. Se libère alors une puissante force, un peu comme lorsqu’on relâche un élastique tendu, qui éjecte du plasma dans l’espace, ce plasma est le vent solaire lent. Ou du moins il en constitue une partie. L’équipe poursuit ses recherches afin de déterminer si la reconnexion magnétique en est la seule source.

 

DÉSAGRÉMENTS. Comprendre le flux d’énergie et de matière du Soleil est un objectif fondamental de l’héliophysique, et identifier les sources du vent solaire serait un grand pas en avant. Un autre intérêt plus « terre à terre » également : quand le vent solaire est orienté vers notre planète, il peut provoquer des aurores boréales ainsi que divers désagréments sur les appareils électriques ou les satellites en orbite. La plupart des particules sont heureusement déviées par le champ magnétique terrestre, qui constitue un véritable bouclier.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s