CARTOGRAPHIES

Géographie subjective : des cartes très sensibles. L’exemple de Rennes.

GEOGRAPHIE SUBJECTIVE

Catherine Jourdan, psychologue clinicienne et artiste documentaire mène depuis plusieurs années un projet documentaire cartographique. Son nom ? La géographie subjective. Presque un pléonasme mais n’entrons pas tout de suite dans le débat, car nous pourrions chercher longtemps une carte dite objective. Il s’agit de donner ses heures de gloire à une géographie sensible, singulière et collective et de la rendre publique par le biais d’une carte papier.

shapeimage_2

Une carte dite subjective tente le geste d’attraper la vision qu’a une personne ou un groupe d’habitants d’un morceau de territoire à un temps T. On l’aura compris, elle n’existe que par les mots et les dessins de celui ou celle qui se risque au geste de cartographier selon son vécu. Sur cette page inaugurée, on trouve donc des souvenirs, des histoires, des apories, des idées hâtives : tout ce qui fait l’humus de notre regard singulier et collectif. Les cartes réalisées fictionnent autant qu’elles décrivent. Mais n’a t-on pas toujours besoin de fictionner le réel pour pouvoir penser ? Le réel tout seul, parlerait-il ?

Jouant des codes de la cartographie officielle, elle s’octroie au passage un peu du vernis de la légitimité. La géographie subjective est donc un pastiche sérieux

POUR EN SAVOIR PLUS

POUR VOIR D’AUTRES EXPÉRIENCES

ECOUTEZ AUSSI CETTE EMISSION

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s