COUPS DE GUEULE

Environnement : Les terribles cicatrices de l’industrie sur notre planète

SLATE

«En faisant cette série d’images, j’ai appris que tout ce que j’achète a un coût au-delà de ce que je paie», raconte J Henry Fair. Depuis plus de vingt ans, ce photographe américain effectue un projet de photographies principalement prises d’avion pour dénoncer les coûts environnementaux des industries et de la consommation. Son travail vient d’être rassemblé dans un livre, Industrial Scars [Papadakis].

2997-0492

Engrais, Bartow, Floride | J Henry Fair

«J’ai toujours été profondément préoccupé par l’environnement et l’impact que nous avons sur lui. Soyons clairs, l’environnement est un ensemble de systèmes qui soutient la vie sur la planète. Nous ne nous battons pas pour sauver la planète, nous nous battons pour nous sauver nous-mêmes.»

2306-014

Mine de charbon, Kayford, Virginie-Occidentale | J Henry Fair

«Ironiquement, les gens qui détruisent ces systèmes le font dans le but d’acquérir une richesse personnelle. Pourtant, ils ont réussi à créer l’impression que ceux qui veulent sauvegarder les arbres font partie d’une minorité radicale alors que le business serait bien pour tout le monde. Or, les conséquences environnementales de leurs pratiques se refléteront sur nous tous.»

4024-262
Raffinerie d’aluminum, Port Lavaca, Texas | J Henry Fair

«Au départ, je voulais trouver les lieux à photographier en allant sur les zones industrielles. Maintenant, j’ai commencé à m’intéresser à des endroits précis et à leurs impacts. Je suis aussi très conscient des questions environnementales actuelles et je souhaite que mes images aient une incidence sur les tendances sociales et politiques.»

3632-576
Soufre, Fort McMurray, Canada | J Henry Fair

«Le processus commence en effectuant de nombreuses recherches: sur la nature de l’industrie, sur l’impact sur l’environnement, sur les pratiques, sur les différentes entreprises et les lieux de leurs implantations. Je commence ensuite à interviewer des écologistes, des gens travaillant dans l’industrie ou des gens de la région. Ce n’est qu’après que j’approche les sites sous différents angles: je conduis tout autour d’eux, je les survole, parfois même je prends un bateau.»

3871-724
Stockage de cendres de charbon dans une centrale électrique, New Roads, Los Angeles | J Henry Fair

«Il n’y a pas d’accès possibles à ce genre d’endroits. Ils sont souvent cantonnés derrière des clôtures, cachés de la vue du public ou dans des endroits éloignés. Les entreprises préfèrent qu’ils ne soient pas en vue. Alors prendre l’avion permet de dépasser les plus hautes barrières, couvrir les plus longues distances et voir ce qui est caché à la majorité des gens.»

3358-256
Mines, Rio Tinto, Espagne | J Henry Fair

«Tout dans ce travail est difficile. La planification d’une prise de vue, trouver les endroits, la bonne météo, trouver un avion à louer. Photographier depuis le ciel est épuisant, mentalement et physiquement. On est assis pendant des heures dans un siège à l’étroit et dans une position inconfortable.»

3896-013
Charbon entreposé, Mobile, Alabama | J Henry Fair

«En faisant cette série photo, j’ai appris que tout ce que j’achète a un coût au delà de ce que je paie concrètement. Par exemple, jeter une canette gaspille de l’électricité pour alimenter un ordinateur pendant trois heures, une électricité qui participe au changement climatique et pollue lorsqu’elle est produite.»

3632-523
Intérieur d’un réservoir de Syncrude qui contient des sables bitumineux, Fort McMurray, Canada | J Henry Fair

«Habituellement, ce sont les gens qui vivent dans ces endroits qui alertent le monde extérieur sur les questions environnementales. Il y a un conflit entre les emplois permis par l’industrie et l’impact négatif qu’elle a sur les gens du coin. Quand cela est possible je vais voir les gens qui ont alerté le monde extérieur sur les questions environnementales et je les photographie aussi.»

4154-444
Mine de phosphate et usine de traitement, Aurora, Caroline du Nord | J Henry Fair

«J’ai acquis toutes ces connaissances en effectuant des recherches pour ces photos, ce qui a impulsé un changement significatif dans mon comportement: je me suis mis à manger moins de viande, à prendre moins l’avion, à acheter uniquement les produits électriques dont j’ai besoin. Parce que chaque personne peut faire la différence.»

3910-363
Mine d’El Chino, Hurley, New Mexico | J Henry Fair

SLATE

2 réflexions sur “Environnement : Les terribles cicatrices de l’industrie sur notre planète

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s