COUPS DE GUEULE

Inde : Déforestation irréfléchie au nom du développement

6768488359_f7561784be_b-800x450

Cet article a initialement été publié sur Video Volunteers, une organisation internationale primée, centrée sur les médias communautaires et basée en Inde. Une version éditée est publiée ci-dessous dans le cadre d’un accord de partage de contenu.

En Inde comme dans de nombreuses parties du monde, la déforestation est l’une des causes premières de la dégradation de l’environnement. D’après une étude récente, l’Inde a perdu 243 447 kilomètres carrés de forêt (28 %) en quatre-vingt ans. La déforestation a causé des dégats irréversibles dans tout le pays, éliminant des habitats naturels et des éco-systemes délicats, déclenchant des sécheresses, canicules et autres catastrophes naturelles. Selon une étude publiée dans Scientific Reports, la déforestation est à l’origine d’une diminution des précipitations en Inde au cours des dernières décennies.

Chaque année en Inde, de plus en plus de zones forestières sont converties en terres agricoles, nécessaires pour subvenir aux besoins de populations locales en croissance. L’exploitation forestière et minière, l’urbanisation et l’industrialisation sont les autres causes de la déforestation. Ce récit d’Amita Tutti, correspondante communautaire pour Video Volunteers, montre que des milliers d’arbres ont été coupés à travers l’état de Jharkhand pour élargir des routes et pour faire place à des projets de développement d’infrastructure de l’administration de l’état. De nombreux autres arbres centenaires risquent de subir le même sort.

Des particuliers et certaines organisations citoyennes se sont opposés à l’abattage des arbres dans le but de faire place à de nouvelles routes dans la région. “Les arbres donneraient de l’ombre aux cyclistes et aux piétons pendant la chaleur de l’été”, dit Pinki Kumari, résidente de Khunti.

Alors que les fonctionnaires de l’état affirment qu’une autorisation fut accordée pour le développement routier, un militant insinue que ceux-ci vendent à profit les arbres abattus à des usines.

Les correspondants communautaires de Video Volunteers sont originaires de communautés indiennes marginalisées et produisent des reportages sur des événements non-médiatisés. Ces reportages sont des “actualités racontées par leur protagonistes”. Ils offrent une vision ultra-locale des défis liés aux droits de l’homme et au développement mondial.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s